Life

Le père Noël, la petite fille et la Kalachnikov

Slate.fr, mis à jour le 01.12.2011 à 18 h 44

Père Noël/Randy Pertiet via flickcclicenceby

Père Noël/Randy Pertiet via flickcclicenceby

Quelle petite fille n’a pas un jour pris la pose dans les bras du Père Noël?

Rien que de très banal sauf si le père Noël se trouve assis à côté d'une impressionnante mitrailleuse, valant plusieurs dizaines de milliers de dollars. Or c’est le décor que propose un club de tir d’Arizona à ses visiteurs pour une séance photo un peu particulière, rapporte Myfoxphoenix. La famille a même le choix des armes: pistolet, M16 ou AR15, pour agrémenter le tableau. Et peut aussi sortir au grand air pour «essayer les mitrailleuses» proposées. 

Voilà une initiative qui devrait séduire la National Rifle association laquelle «ne loupe jamais une chance de travestir les positions des gens qui défendent un usage raisonnable de leur arme», selon une tribune du New York Times qui reproche à ces militants leurs cris outragés lorsque le commandement d’une «base militaire du Kansas» a voulu que les «soldats qui possèdent une arme personnelle» l’enregistrent. Or, en 2010 «il y a eu plus de militaires américains qui se sont suicidés qu’il n’y en a eu de morts au combat en Irak et en Afghanistan» et la moitié de ceux qui se sont donné  la mort l’ont fait avec leur propre arme.

Le maintien sans restriction du Second amendement, qui permet aux citoyens des Etats-Unis de posséder une arme et de la porter sur eux, devrait constituer un enjeu de la campagne présidentielle américaine 2012. Une raison de plus, selon le blog Goodfatherpolitics, pour soutenir le candidat républicain au risque sinon qu’Obama, de nouveau élu, nomme à la Cour suprême un juge «ardemment libéral», ce qui conduira nécessairement «la Cour (à) adopter la législation la plus stricte qu’elle ait jamais suivie en matière de contrôle d’armes».  

Pourtant, écrit Andrew Rosenthal, il serait facile que les Américains se mettent d’accord sur le sujet. «Les criminels violents et les malades mentaux ne devraient pas pouvoir acheter des armes à feu. Et la législation fédérale ne devrait pas empêcher la police de  faire des recherches pour savoir où a été achetée une arme, utilisée dans un crime.» Une position que la majorité de la hiérarchie policière et des procureurs américains soutiennent.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte