Monde

Le Premier ministre pakistanais met en garde les Etats-Unis

Slate.fr, mis à jour le 29.11.2011 à 9 h 41

Funérailles d'un soldat pakistanais tué dans l'attaque de l'Otan, REUTERS/Mian Kursheed

Funérailles d'un soldat pakistanais tué dans l'attaque de l'Otan, REUTERS/Mian Kursheed

La tension entre le Pakistan et les Etats-Unis est encore montée d’un cran lundi 28 novmbre, deux jours après l’attaque aérienne de l’Otan qui a tué 24 soldats pakistanais près de la frontière afghane. Le Premier ministre Yousuf Raza Gilani  a déclaré dans une interview à CNN que le Pakistan était en train de réévaluer ses relations avec les Etats-Unis:

«Si je ne peux pas protéger la souveraineté de mon pays, comment peut-on dire qu’il y a un respect et des intérêts mutuels?»

Selon lui, l’attaque du weekend et le raid américain qui a entraîné la mort de Ben Laden sont des violations de la souveraineté pakistanaise, et la relation entre les deux pays ne peut pas continuer comme cela.

Peu après l’attaque du samedi 26 novembre, des responsables de l’armée afghane avaient affirmé que la frappe aérienne était une riposte à une attaque contre des soldats afghans qui semblait provenir d’un poste-frontière pakistanais. Selon eux, ce sont les soldats afghans qui ont demandé un soutien aérien de la Force internationale d'assistance et de sécurité (Isaf).

Mais le Pakistan rejette cette version des faits, rapporte BBC News. Le porte-parole de l’armée Athar Abbas a déclaré dans un message écrit:

«Ce n’est pas vrai. Ils inventent des excuses. Où sont leurs pertes, où sont les morts?»

Athar Abbas a assuré à Associated Press que le raid a duré presque deux heures et a continué malgré l’appel d’un responsable militaire pakistanais à l’Otan pour en demander l’arrêt. Les responsables pakistanais affirment qu’il n’y avait pas d’insurgés dans cette zone, que la plupart des soldats dormaient et que l’Otan avait les coordonnées des avant-postes et n’aurait donc pas dû ouvrir le feu.

Le Premier ministre pakistanais a fermement condamné l’attaque, et le pays a fermé la frontière, empêchant les véhicules de ravitaillement de l’Otan d’entrer en Afghanistan. L'Isaf craint que la Pakistan utilise son influence sur les insurgés pour organiser des représailles contre les forces de l'Otan en Fghanistan.

Le commandant de l'Isaf John R. Allen, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et celui de la défense Leon Panetta ont présenté leurs condoléances aux familles des soldats pakistanais tués.

L’incident vient renforcer le ressentiment de la population pakistanaise conte la coalition menée par les Etats-Unis en Afghanistan, alors que de nombreuses personnes dans l’armée, au parlement et dans la population générale pensent que l’Otan est hostile au Pakistan, rapporte Associated Press. Mais un arrêt complet des relations entre le Pakistan et les États-Unis est peu probable: le Pakistan dépend beaucoup de l’aide financière américaine, et les Etats-Unis ont besoin du Pakistan dans les négociations avec les Talibans afghans.

(Mis à jour le 29 novembre 2011 avec l'interview du Premier ministre pakistanais à CNN)

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte