Monde

Egypte: des symboles pour reconnaître les candidats

Temps de lecture : 2 min

Le 4 février 2011, une femme et des enfants se dirigent vers la place Tahrir. REUTERS/Goran Tomasevic
Le 4 février 2011, une femme et des enfants se dirigent vers la place Tahrir. REUTERS/Goran Tomasevic

Les affiches de campagne des élections législatives du 28 novembre, en Egypte, ont envahi les murs de la capitale. Avec une particularité. Toutes arborent un symbole en guise de reconnaissance du candidat. De la brosse à dent à la pyramide, en passant par un piano ou une fusée, chaque candidat dispose d’un symbole qui lui est propre, explique The Guardian dans un diaporama consacré au scrutin.

Les symboles électoraux sont d’usage dans de nombreux pays, à l’instar de l’Inde, du Libéria ou du Soudan, rapporte Global Voices. En Egypte, leur utilisation remonterait à 1956 [sous la présidence de Nasser] et permettrait aux électeurs illettrés d’identifier les candidats de leur choix sur les bulletins de vote.

Mais chaque électeur a tendance à assimiler chaque candidat au symbole qu’il représente explique Moritz:

« Le problème évidemment, est que des symboles particuliers portent certaines valeurs et connotations, et donc peuvent conférer un avantage, comme d'avoir [le croissant de] lune comme symbole dans les pays à prédominance musulmane.»

Si à l’origine, seuls 30 symboles étaient nécessaires pour désigner les candidats, ils seraient maintenant plus de 250 depuis la chute de Hosni Moubarak.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters