Culture

La fausse balade de Jennifer Lopez dans le Bronx

Temps de lecture : 2 min

Jennifer Lopez Kalumba2009 via Flickr CC License by
Jennifer Lopez Kalumba2009 via Flickr CC License by

«C'est mon monde. Cet endroit m'inspire pour être plus forte, pour penser plus vite. C'est peut-être juste des rues pour vous, mais pour moi, c'est mon terrain de jeu.» Ces paroles sont celles de la chanteuse Jennifer Lopez qui conduit la nouvelle Fiat 500 dans les rues du Bronx.

Le Bronx? L'un des cinq arrondissements du New York dont l'artiste latina est originaire et auquelle elle a rendu hommage dans sa chanson, Jenny from the Block. Une publicité digne d'un pèlerinage, donc. Sauf que les scènes prétendument tournées dans le Bronx avec Jennifer Lopez ont été tournées à Los Angeles, révèle The Smoking Gun. Les scènes filmées dans le Bronx l'ont été avec une femme qui ressemble à JLo, puis le montage a été réalisé par un studio de production de Los Angeles.

«Dans le monde d'aujourd'hui, les gens sont extrêmement mobiles et leur travail les amène à être dans de nombreux endroits. Nous avions l'opportunité de filmer n'importe où Mme Lopez était en train de travailler à ce moment-là pour se fondre dans son emploi du temps chargé», a expliqué une porte-parole de la compagnie automobile italienne Fiat, Diana Gutierrez. La maison-mère de Fiat, Chrysler, a également justifié sa décision.

«La publicité raconte comment quelques éléments de notre enfance peuvent expliquer qui nous sommes, où nous allons dans la vie et constituent une source d'inspiration pour atteindre nos objectifs dans la vie. On n'a pas besoin d'être dans un lieu spécifique pour être inspiré ou continuer d'être inspiré.»

Comme le précise The Smoking Gun, le site n'a pas été le premier à remarquer cette ambivalence. Un journaliste freelance Ed Morales, vivant à proximité du lieu de tournage dans le Bronx, était présent. «Tout le quartier pouvait les remarquer. Je n'avais aucune idée de l'objet du tournage, j'ai d'abord pensé qu'il s'agissait d'un tournage pour le cinéma –mais ils n'avaient pas les gros camions, les caravanes.»

Il a filmé les conditions du tournage avec son iPhone, notamment le moment où la voiture est arrêtée devant un immeuble. Toutefois, il explique ne pas nécessairement en vouloir à l'actrice et chanteuse qui «comme toute célébrité, qui vient de la classe moyenne inférieure, tente de s'identifier en public avec la classe sociale dont elle est originaire». «Mais peut-être, devons-nous lui donner le crédit d'essayer de faire cette connexion –la majorité des stars dans ce cas ne regardent jamais du côté de leurs racines», nuance-t-il.

En effet, la publicité aligne les référents visuels habituels du Bronx: matchs de basket en plein air, des fillettes écoutant de la musique et esquissants des mouvements de danse, des danseurs de hip-hop, un barbier ou les fameux «brown stones» (immeubles en briques couleur ocre).

Précisément, Eligio Cueto est le propriétaire de la boutique de barbier et témoigne avoir vu le double de Jennifer Lopez tourner près de son lieu de travail. Il confie au Smoking Gun avoir été payé 1.800 dollars par les producteurs de la publicité.

Newsletters

Pourquoi on aime tant l'art de la caricature en France

Pourquoi on aime tant l'art de la caricature en France

Caricature et satire se sont développées grâce à l'existence d'un espace public démocratique. Retour sur la place et le rôle de la caricature en France, de la Révolution à Charlie Hebdo.

Par pitié, arrêtez de dire «les Anglo-Saxons»

Par pitié, arrêtez de dire «les Anglo-Saxons»

Nous utilisons ce terme quotidiennement et pourtant, ça ne veut pas dire ce que nous croyons. C'est comme si on nous appelait «les Belgo-Gaulois».

Imaginer le cinéma sans Hollywood

Imaginer le cinéma sans Hollywood

L'absence de blockbusters dans les salles pour cause de pandémie ouvre la possibilité d'envisager pour le cinéma des avenirs autres que l'écrasante domination économique et esthétique promue par l'industrie lourde, et consommée sans modération.

Newsletters