Monde

Corruption: l'Afrique du Sud appelée à passer aux aveux

Temps de lecture : 2 min

M200 MB C-class - South Africa Johannesburg Metro Police/conner395 via FlickrCCLicenseby

Que ceux qui ont récemment glissé un bakchich à un policier pour éviter une amende viennent nous le raconter : vendredi 25 novembre, le quotidien sud-africain The Star et la radio 702 invitent les Sud-Africains qui le souhaitent à passer aux aveux. Les autres sont encouragés à envoyer un SMS au numéro de téléphone indiqué, en précisant si «oui» ou «non» ils ont récemment graissé la patte d’un policier et dans quelle ville.

La même initiative a eu lieu en 2010. «2.474 personnes» avaient alors reconnu avoir «acheté» un agent de la circulation «durant les trois mois précédents».

Objectif de cette campagne: cerner un peu mieux le niveau de corruption de la police sud-africaine. Citant une enquête conduite par l’Institut d’études sur la sécurité, TheAfrican.org rappelle que 85% «des policiers eux-mêmes considèrent que la corruption est un sérieux problème dans leurs rangs».

Le 9 décembre 2011, une autre journée, interne à la police cette fois, devrait les sensibiliser à ce qui relève ou pas de la corruption et les conséquences de celle-ci. Il leur sera également expliqué comment d’«honnêtes policiers sud-africains peuvent sans risques signaler leurs collègues corrompus» à leur hiérarchie.

Slate.fr

Newsletters

Les États-Unis veulent interdire un service d'IVG médicamenteuse à distance

Les États-Unis veulent interdire un service d'IVG médicamenteuse à distance

Les autorités sanitaires ciblent une association qui envoie des médicaments pour avorter par courrier et assure un suivi via téléconsultation.

Les débuts chaotiques de Jair Bolsonaro sur la scène internationale

Les débuts chaotiques de Jair Bolsonaro sur la scène internationale

Plus de quatre mois après l'investiture du président brésilien, sa politique extérieure reste peu lisible, hormis son rapprochement avec Donald Trump.

L’Europe en débat: les élites sont-elles légitimes?

L’Europe en débat: les élites sont-elles légitimes?

Elles sont particulièrement mal-aimées en France.

Newsletters