Monde

Corruption: l'Afrique du Sud appelée à passer aux aveux

Temps de lecture : 2 min

M200 MB C-class - South Africa Johannesburg Metro Police/conner395 via FlickrCCLicenseby

Que ceux qui ont récemment glissé un bakchich à un policier pour éviter une amende viennent nous le raconter : vendredi 25 novembre, le quotidien sud-africain The Star et la radio 702 invitent les Sud-Africains qui le souhaitent à passer aux aveux. Les autres sont encouragés à envoyer un SMS au numéro de téléphone indiqué, en précisant si «oui» ou «non» ils ont récemment graissé la patte d’un policier et dans quelle ville.

La même initiative a eu lieu en 2010. «2.474 personnes» avaient alors reconnu avoir «acheté» un agent de la circulation «durant les trois mois précédents».

Objectif de cette campagne: cerner un peu mieux le niveau de corruption de la police sud-africaine. Citant une enquête conduite par l’Institut d’études sur la sécurité, TheAfrican.org rappelle que 85% «des policiers eux-mêmes considèrent que la corruption est un sérieux problème dans leurs rangs».

Le 9 décembre 2011, une autre journée, interne à la police cette fois, devrait les sensibiliser à ce qui relève ou pas de la corruption et les conséquences de celle-ci. Il leur sera également expliqué comment d’«honnêtes policiers sud-africains peuvent sans risques signaler leurs collègues corrompus» à leur hiérarchie.

Newsletters

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

Au temple d'Uluwatu, les macaques ont mis au point un système de troc pour que les touristes leur donnent à manger.

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Parce que le service de sécurité chargé d'assurer la protection d'Ivanka Trump n'avait pas accès à ses toilettes, les contribuables américains ont déboursé 3.000 dollars par mois pour que les agents puissent se soulager.

Newsletters