Monde

Le modèle turc des généraux égyptiens

Slate.fr, mis à jour le 24.11.2011 à 12 h 23

Egyptian army/sayyedy via FlickCClicenceby

Egyptian army/sayyedy via FlickCClicenceby

On parle souvent de l’influence du «modèle  turc» sur les révolutionnaires arabes, et plus particulièrement sur les  partis islamistes. Mais l’armée égyptienne regarde également du côté de la Turquie, remarque le quotidien turc TodayZaman selon lequel les généraux du Caire se comportent comme les généraux turcs putschistes, ceux-là mêmes qui, tout puissants dans les années 1980-90, sont aujourd’hui emprisonnés ou démissionnés.

Un constat d’abord: huit mois après la chute de Hosni Moubarak, l’armée égyptienne ne semble pas «être prête à abandonner ses privilèges et son pouvoir». Pis, comme «l’armée turque pendant 80 ans», elle tente d’imposer son pouvoir sur les civils et souhaite «la création d’un Conseil national de sécurité, au sein duquel les militaires et les civils sont à égalité, comme cela a existé en Turquie».

Et puis, elle réclame que «le budget militaire échappe au contrôle de l’autorité civile, exactement comme en a profité l’armée turque pendant des années». Toujours selon TodayZaman, les généraux égyptiens veulent avoir leur mot à dire sur les personnes qui écriront la Constitution: «Il est évident que cela aura un impact sur le processus de démocratisation» de l’Egypte. Or «la Turquie a commencé à devenir plus forte le jour où l’influence politique de l’armée a commencé d’être ébranlée» conclut ce quotidien pro-gouvernemental.

Comme en écho, un membre du Parti Justice et liberté, proche des Frères musulmans, confie à Reuters qu’il craint que l’armée égyptienne à laquelle il concède «un rôle positif» veuille acquérir «l’influence dont a joui l’armée turque».

La suspicion sur les réelles «intentions de l’armée» ont grandi début novembre lorsqu’elle a «cherché à persuader les responsables politiques de signer» un certain nombre de «garanties constitutionnelles» qui lui auraient permis d’échapper au contrôle des civils et lui auraient donné un droit de veto sur les projets de Constitution, rapporte Middle-east online. Le site basé en Grande-Bretagne est d’accord avec TodayZaman:

«Les militaires égyptiens prennent l’armée turque comme modèle. Le problème c’est que le modèle qu’ils regardent est vieux de dix ans

Avec l’arrivée au pouvoir de Tayyip Erdogan, l’armée turque a perdu ses prérogatives politiques; elle est désormais soumise au «pouvoir civil» avec la charge de «combattre le terrorisme» et de «veiller sur les frontières». C’est cette évolution qui devrait inspirer les généraux égyptiens, conseillent en substance et presque d’une seule voix TodayZaman et Middle-east online.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte