Monde

La CIA privée d'informateurs au Liban

Temps de lecture : 2 min

Le leader du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, sur la chaîne télévisée Al-Manar REUTERS/Ali Hashisho
Le leader du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, sur la chaîne télévisée Al-Manar REUTERS/Ali Hashisho

En juin 2011, le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, avait affirmé que son mouvement créé en 1982 avait été infiltré par les renseignements américains. Une annonce qui avait été démentie par l'ambassade américaine qui suggérait que la mouvance d'obédience chiite faisait face à des problèmes internes et que ces accusations étaient «sans fondement».

Pourtant, la CIA a été contrainte de réduire ses activités d'espionnage au Liban, affirme le Los Angeles Times dans son édition du dimanche 20 novembre 2011, après l'arrestation de plusieurs de ses informateurs, selon des responsables américains. Le bureau de Beyrouth «a fait faillite», explique de manière imagée une source au LA Times.

Pour savoir si des agents de la CIA ont une part de responsabilité dans ces fuites, le président de la commission du renseignement à la chambre des Représentants, Mike Rogers, s'est rendu au Liban bien qu'un flou persiste autour des circonstances dans lesquelles ces informateurs auraient été identifiés. Selon une source citée par le Los Angeles Times, «des agents de la CIA auraient rencontré une série d'informateurs libanais dans un Pizza Hut local, permettant au Hezbollah et aux autorités libanaises d'identifier ces derniers».

Par ailleurs, certains responsables américains sont accusés d'avoir ignoré un e-mail adressé au chef du bureau de la CIA à Beyrouth indiquant que des informateurs risquaient d'être identifiés à force d'utiliser le même téléphone portable pour contacter des agents de la CIA.

L'agence de presse AP, qui apporte des précisions à l'article du Los Angeles Times, estime que «la crise libanaise est un autre contretemps qui frappe les services de contre-intelligence de la CIA dans sa tentative de diminuer la capacité de son ennemi à rassembler des informations.»

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

Newsletters