PresidentielleFrance

Le parachutage de Cécile Duflot à Paris fustigé

Slate.fr, mis à jour le 16.11.2011 à 14 h 22

Cécile Duflot. Wikimedia Commons via Marie-Lan Nguyen.

Cécile Duflot. Wikimedia Commons via Marie-Lan Nguyen.

L’accord programmatique et électoral entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts, adopté par 33 voix contre 5 mardi 15 novembre, risque de laisser des traces à Paris. La polémique concerne le parachutage de Cécile Duflot dans la sixième circonscription de la capitale, très favorable à la gauche.

Interviewée par L’Express, la députée sortante, Danièle Hoffman-Rispal, affirme qu’elle sera quand même candidate et qu'elle bénéficie du soutien de «nombreux élus parisiens». Elle dénonce un parachutage «inacceptable et immoral» et «trouve étrange, quand on entend respecter la parité, que l'on évince une femme» qui n’en est qu’à son «second mandat» et «ne cumule pas».

Interrogée par Le Parisien, Cécile Duflot affirme avoir décidé de se présenter à Paris, une ville où «la parole des écologistes […] est fortement attendue», après «une longue réflexion», et nuance également l’accusation de parachutage:

«Il suffit de prendre le RER et le bus pour aller de Villeneuve-Saint-Georges à Paris! Il n'y a pas de césure entre Paris et sa banlieue.»

En 2007, elle s’était présentée dans la troisième circonscription du Val-de-Marne, remportée d’extrême justesse par la droite, et avait recueilli 3,55% des voix au premier tour.

Dans cette sixième circonscription de Paris, qui regroupe une partie des XIe et XXe arrondissements et a été redessinée par le découpage électoral de 2010, Danièle Hoffman-Rispal l’avait emporté avec plus de 69% des voix au second tour en 2007 face à l’UMP Jean-Claude Beaujour. En 2002, elle avait largement évincé au premier tour le député sortant, le chevènementiste George Sarre, avant de battre au second avec plus de 63% l’UMP Claude-Annick Tissot. George Sarre a d’ailleurs lui aussi réagi au parachutage de Cécile Duflot, qualifié d’«abracadabrantesque».

Selon Le Monde, le bureau national socialiste chargé de valider l’accord a été particulièrement houleux, puisque Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë, aurait lancé «publiquement et sur un ton menaçant» à Martine Aubry, dont elle a pourtant été la porte-parole pendant la primaire:

«Que je ne te croise plus jamais!»

Dans un communiqué, Bertrand Delanoë a lui déploré «le parachutage d’une candidature pour des raisons totalement étrangères aux enjeux du prochain scrutin national». Une allusion aux ambitions supposées de Cécile Duflot pour la mairie: au Parisien, la dirigeante EELV a néanmoins affirmé que «toute [son] énergie est concentrée sur 2012».

En dehors de celle promise à Cécile Duflot, EELV a obtenu une soixantaine de circonscriptions, dont une autre à Paris sur les XIIIe et XIVe arrondissement et une à Lyon, où règnent déjà les dissensions.

Retrouvez ceux qui feront 2012 sur Wikipol.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte