Monde

Syrie: 70 personnes tuées en 24 heures

Slate.fr, mis à jour le 16.11.2011 à 12 h 26

- Des soldats syriens à un checkpoint / REUTERS/Handout -

- Des soldats syriens à un checkpoint / REUTERS/Handout -

Une vague de répression sanglante a balayé la Syrie, mardi 15 novembre, où au moins 70 personnes ont été tuées par les autorités syriennes, rapporte Al Jazeera. Cette journée marque un nouveau tournant dans l’enlisement du conflit puisqu’elle constitue une des plus meurtrières depuis le début de la révolte populaire en mars dernier qui a déjà fait plus de 3.500 morts selon l’ONU.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) rapporte que «27 civils ont été tués lors des combats, ainsi que  34 soldats et 12 déserteurs supposés».

Dans son communiqué, l’Observatoire précise que la plupart des victimes se trouvaient à Deraa, au sud du pays. Il affirme aussi que «23 personnes ont été abattues par les forces de sécurité syriennes postées le long de la route reliant les villes de Kherbet Ghazale et Hirak». La ville de Homs, foyer important de contestation, n’a pas été épargnée et au moins 4 civils y sont morts.

Après ces événements, la Syrie apparaît de plus en plus isolée sur la scène internationale et risque l'implosion à tout moment. En guise de sanction, Tayyip Erdogan, Premier ministre turc, a arrêté sa coopération dans le domaine de l’exploration de pétrole et menace les autorités syriennes d’interrompre l’approvisionnement d’électricité. Il a également annoncé qu’il n’avait plus confiance dans le régime de Bachar Al-Assad qui se trouvait actuellement «sur le fil du rasoir».

Cette mesure fait écho à la réunion de la Ligue Arabe, mercredi 16 novembre au Maroc, qui doit se prononcer sur la suspension de la Syrie aux travaux de son organisation et mettre le régime syrien au ban des nations arabes, comme l’explique TF1. La veille, les autorités syriennes avaient fait le choix de libérer «1.180 détenus, impliqués dans les évènements en Syrie et qui n'ont pas de sang sur les mains», explique le Figaro.

Mais les militants des droits de l’homme affirment qu’«il y a encore 30.000 personnes dans les prisons syriennes, et que ce chiffre [1.180] est une goutte d’eau dans l’océan».


Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte