Monde

VIDÉO: Des néonazis revendiquent des meurtres en parodiant la Panthère rose

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran
Capture d'écran

Sur son site web, Der Spiegel publie l’extrait d’une vidéo du groupe néonazi allemand NSU (l’underground nationale-socialiste) dans laquelle le collectif revendique une série de meurtres racistes connue sous l’expression «meurtres des kebabs».

Les membres de ce groupe, soupçonnés d’avoir tué au moins neuf immigrants entre septembre 2000 et avril 2006, se sont servis du personnage de dessin animé La Panthère rose pour mettre en scène leurs exactions.

Le Spiegel estime que le film est un «document dédaigneux, cynique et confus» qui «célèbre les actes cruels et bafoue les victimes ainsi que les enquêteurs de la police».

Le film de 15 minutes date, selon le Spiegel, déjà de décembre 2007 et est un collage d’extraits de journaux télévisés, de photos des victimes et d’articles de presse. Les néonazis y revendiquent également un attentat à une gare à Düsseldorf, en 2000, et un attentat à Cologne, en 2004, lors duquel 22 personnes ont été gravement blessées.

«A première vue, la vidéo paraît banale. Pourtant le montage technique est fait professionnellement et avec un souci particulier pour le détail», considère le Spiegel. Le document montre bien le dédain de ceux qui se disent meurtriers envers les immigrants. En plus, le personnage de La Panthère Rose et la musique du dessin animé «minimisent la gravité des actes du groupe», rapporte le Spiegel.

Le DVD contenant le film a été retrouvé, début novembre, dans les décombres du domicile de Beate Zschäpe, membre du groupe NSU, à Zwickau, dans l’est de l’Allemagne.

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters