Life

Jeff Bezos d'Amazon est aussi visionnaire que Steve Jobs

Slate.fr, mis à jour le 14.11.2011 à 16 h 35

Jeff Bezos. REUTERS/Kimberly White

Jeff Bezos. REUTERS/Kimberly White

L'arrivée du Kindle Fire complète la panoplie des produits Amazon et, à cette occasion, Steven Levy, journaliste du magazine spécialisé sur les nouvelles technologies Wired, s'est entretenu avec son fondateur, Jeff Bezos, lequel expose sa philosophie de la marque Amazon.

Certes, avec la mort de Steve Jobs début octobre, la ressemblance entre les deux entrepreneurs de la côte Ouest des Etats-Unis –l'un à San Francisco, l'autre retiré plus au nord, à Seattle– a été soulignée, mais la comparaison se limite à leur charisme. Leurs systèmes de pensée et stratégies entrepreneuriales s'opposent.

Une des particularités de la stratégie d'Amazon, face à Apple, est de miser sur le streaming –grâce à ses solutions de cloud computing– et non sur le téléchargement. Son système d'hébergement Amazon Web Services sert de plateforme à d'importants sites comme le New York Times, Foursquare ou encore Yelp, faisant dire à un analyste que ce département est le Coca dans ce domaine sans qu'un Pepsi ait encore été mis en place. Amazon contrôle un cinquième du marché du cloud computing.

A l'approche de la sortie du Kindle et après l'échec de l'expérience du TouchPad d'Hewlett-Packard, le chroniqueur high-tech de Slate.com, Farhad Manjoo, soulignait la qualité de «vendeur fou du monde informatique» de Jeff Bezos qui «dès que quelqu'un tente de s'aligner sur ses prix, (...) les baisse davantage». 

Elu «homme de l'année» par le magazine Time en 1999, est-il toutefois un pionnier de l'électronique comme Steve Jobs? Après tout, le Kindle Fire est sorti en réaction à la mise en vente de la version améliorée de son concurrent direct, l'iPad d'Apple. Par ailleurs, dans une tribune pour CNBC, Richard L. Brandt, auteur de l'essai One Click: Jeff Bezos and the Rise of Amazon.com, estime que le fondateur d'Amazon est plus utilitariste que visionnaire.

«Ses objets, comme tout ce qui est marketé Amazon, sont conçus pour les masses: plutôt bon marché, produits en grande quantité qui sont davantage destinés à être le réceptable d'autres produits Amazon, comme les e-books et le streaming de vidéos que Bezos propose comme alternative à Netflix.»

Le contenu est roi, non le logiciel. Un pragmatisme que Jeff Bezos expose à Steven Levy en lui confiant qu'«une entreprise ne devrait pas être addict à tout ce qui est brillant, car le brillant ne dure pas».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
Applekindlehigh techlivreédition
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte