Life

Vous cherchez des extraterrestres? Suivez les lumières

Slate.fr, mis à jour le 09.11.2011 à 12 h 18

La ville de Taipei la nuit, 5 décembre 2006. orange tuesday via Flickr CC License by

La ville de Taipei la nuit, 5 décembre 2006. orange tuesday via Flickr CC License by

Des astronomes suggèrent que les civilisations extraterrestres pourraient être détectées par la lumière de leurs métropoles, qui illuminent l’espace sur des distances énormes, rapporte Wired.

En étudiant les variations de luminosité près de ce qui semblait être des exoplanètes, Abraham Loeb du centre d’astrophysique de l’université d’Harvard, et Edwin Turner de l’université de Princeton, se sont en effet dit que repérer la lumière sur d’autres planètes est un bon moyen de déterminer si les extraterrestres existent ou pas.

Selon Astrobiology Magazine, la science-fiction a depuis longtemps imaginé des planètes entières recouvertes de villes, de Coruscant dans la série Star Wars à Trantor dans les livres d’Asimov. Le journal évoque aussi nos astronautes qui de l’espace contemplent la beauté des villes terrestres plongées dans la nuit.

Les deux chercheurs savent que cette méthode ne fonctionne que si les civilisations extraterrestres utilisent bien de la lumière artificielle. Mais pour Wired, cette hypothèse n’a rien d’invraisemblable, «n’importe quelle vie intelligente qui s’est développée avec la lumière d’une étoile a sûrement besoin d’un éclairage artificiel quand la planète s’éloigne dans sa rotation de la source de lumière», remarque-t-il.

Autre bémol. Pour des distances très grandes, il faut être capable de distinguer entre les sources naturelles de lumière, comme les comètes ou le soleil, et celles inventées par les extraterrestres, qui enverront des signaux certainement plus faibles. Pour ça, les astrophysiciens vont avoir besoin d’une nouvelle génération de télescope, selon Wired.

En attendant, explique Astrobiology Magazine, Loeb et Turner ont essayé de voir si cette technique marche dans notre système solaire. Ils ont ainsi imaginé un monde alien hypothétique près de la ceinture de Kuiper à 30 ou 50 unités astronomiques de la terre. Ils montrent ainsi qu’une ville comme Tokyo, d’un diamètre de 50 km, est facilement visible depuis la ceinture de Kuiper avec les télescopes actuels. En fait, Tokyo serait même visible à plus de 1.000 unités astronomiques de la terre, près du nuage d’Oort.

S’il existe des métropoles ailleurs dans le système solaire, nous serions donc capables de les voir. Cependant, «il est très peu probable qu’il y ait des villes extraterrestres au bord de notre système solaire, mais le but de la science est de trouver une méthode pour le vérifier», affirme Turner.

Pour l’astrophysicien Max Tegmark du MIT, qui n’a pas pris part aux recherches, ces travaux constituent une importante avancée pour la recherche de petits hommes verts venus d’ailleurs:

 «Ils ouvrent une nouvelle fenêtre pour la recherche de la vie extraterrestre. Ce n’est pas comme si je pensais qu’il y a un stade de baseball sur Pluton, mais nous devons abandonner tout préjugé sur ce que peuvent faire les civilisations d’ailleurs, et rechercher de toutes les manières possibles.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte