Monde

L'US Air Force perd des parties des corps de ses soldats tués

Slate.fr, mis à jour le 09.11.2011 à 10 h 38

Cercueils militaires américains en 2004

Cercueils militaires américains en 2004

Les services mortuaires de l’armée américaine qui reçoivent les soldats tombés au combat et les préparent pour leur enterrement ont perdu au moins à deux reprises des parties de corps humain au cours des deux dernières années.

Des «erreurs de management grossières»: c’est la conclusion d’une enquête d’un an sur la morgue de la base militaire aérienne de Dover après que des employés avaient signalé des cas de supervision laxiste, de contrôles d’inventaires bâclés et, selon le Washington Post, «des histoires affreuses de perte de parties de corps humain».

L’enquête a entraîné des mesures disciplinaires à l’encontre de trois responsables de l’Us Air Force, l’ancien commandant de la morgue et deux autres officiers, mais aucun n’a été licencié.

Les services mortuaires de Dover reçoivent tous les corps des soldats américains tués sur les champs de bataille étrangers, les identifient, effectuent des autopsies et les préparent à leur enterrement. L’inspecteur général de l’Air Force n’a trouvé aucune violation de la loi ou des régulations en vigueur, mais a cité une série de manquements de la part des officiers en charge. Associated Press écrit:

«Un des deux cas de membres manquants s’est passé en avril 2009. Il s’agissait d’un fragment de talus incrusté dans du tissu humain associé à deux membres d’équipage retrouvés à bord d’un chasseur F-15 qui s’est écrasé en Afghanistan. Le sac plastique étiqueté contenant cette portion de restes a été retrouvé vide lors du processus, avec une déchirure sur le côté du sac. Les employés n’ont pas pu expliquer cette disparition.

L’autre cas remonte à juillet 2009 et impliquait un morceau de tissu humain grand de 2,5 à 5 centimètres en longueur appartenant à un soldat tué en Afghanistan. Comme pour le cas précédent, le sac contenant le morceau a été retrouvé vide, avec un trou sur le côté. Le morceau de tissu en question n’a jamais été retrouvé.

Les responsables ont déclaré qu’ils ne suspectent en aucun cas un acte de malveillance, un acte criminel ou une gestion volontairement mauvaise des parties manquantes.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte