La musique rend le vin meilleur

Bouteilles de vin rouge, février 2011. krossbow via Flickr CC License by

On le sait le bon vin ne va pas sans un bon repas. Mais une nouvelle étude révèle que la bonne musique serait aussi un ingrédient indispensable pour apprécier des vins de qualité, selon le Telegraph.

L’étude publiée dans le British Journal of Psychology montre que les personnes qui boivent du vin en écoutant de la musique, rapprochent le goût du vin des caractéristiques de la mélodie. Par exemple le professeur Adrian North de l’université de Herriot-Watt en charge de l’étude explique que pour vraiment apprécier un Merlot il faut écouter du Tom Jones. Et pour ajouter un peu de piquant à un verre de Pinot Gris il faut écouter le nouvel album de Lady Gaga.

L’expérience a été réalisée sur 250 étudiants avec des vins rouge et blanc. On leur donnait un Cabernet Sauvignon de 2005 et un Chardonnay chilien, puis pendant 15 minutes on leur faisait écouter une des quatre chansons sélectionnées notamment pour leurs grandes différences en termes de genre, de mélodie et de rythme.

Un premier groupe a écouté Carmina Burana, tube de Carl Orff qualifié de «lourd et puissant» par les chercheurs. Le deuxième un opéra «subtile et raffiné» de Tchaikovsky, la Valse des fleurs. Le troisième, le «rythmé et rafraîchissant» Just Can’t Get Enough de Nouvelle Vague, et enfin le quatrième le «suave et doux» Slow Breakdown de Michael Brook. Un dernier groupe dégustait le vin sans écouter de musique.

Après cinq minutes d’écoute, les différents groupes devaient dire dans l’ordre s’ils trouvaient que le vin rouge et le vin blanc choisis étaient plutôt de telles catégories: «lourds et puissants», «subtils et raffinés» etc.

Les résultats montrent ainsi que les morceaux de musique influent de manière importante sur le goût des vins tesyés par les groupes. Ceux à qui on a passé le morceau de Carmina Burana trouvent que les deux vins sont d’abord «lourds et puissants», alors que ceux qui ont écouté Michael Brook pensent que les deux vins sont plutôt «suaves et doux».

Selon l’étude, «les résultats indiquent que la fonction symbolique d’une stimulation auditive (dans ce cas la musique) peut influencer la perception d’autres modalités (dans ce cas le goût). […] Plus simplement, les participants semblent goûter le vin d’une manière cohérente avec les connotations musicales». Mais l’expérience ne détermine pas si les résultats dépendent uniquement des «propriétés physiques» de la musique, ou de ses connotations culturelles pour le goûteur explique le Telegraph.

Et si la musique est horrible, demande le Time? Faut-il ne pas boire de vin ? Au contraire affirme-t-il avec humour, il faut en boire énormément pour oublier les chansons qui passent...