France

Le siège de Charlie Hebdo attaqué au cocktail Molotov

Slate.fr, mis à jour le 02.11.2011 à 10 h 00

Couverture du numéro spécial «Charia Hebdo» de Charlie Hebdo

Couverture du numéro spécial «Charia Hebdo» de Charlie Hebdo

Le siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a été attaqué au cocktail Molotov dans la nuit du mardi au mercredi 2 novembre. L’incendie a été maîtrisé et n’a fait aucun blessé, rapporte Le Monde. Les dégâts ont été peu importants selon la préfecture de police de Paris. L’incident intervient alors que sort ce mercredi un numéro spécial intitulé «Charia Hebdo», dont la couverture est un dessin représentant Mahomet avec le texte:

«100 coups de fouet si vous n'êtes pas morts de rire!»

Le site du magazine a également été piraté mercredi matin, et sa page d’accueil remplacée par une photo de La Mecque et des versets du Coran.

Charlie Hebdo faisait circuler sa une sur les réseaux sociaux depuis lundi. «Sur Twitter, sur Facebook, on a reçu pas mal de lettres de protestation, de menaces, d'insultes», a expliqué Charb, dessinateur et directeur de la publication, à l’AFP, précisant que le journal s'apprêtait à les transmettre à la police.

Charlie avait publié un communiqué lundi 31 octobre:

«Afin de fêter dignement la victoire du parti islamiste Ennahda en Tunisie et la promesse du président du CNT [Conseil national de transition] que la charia serait la principale source de législation de la Libye, Charlie Hebdo a proposé à Mahomet d'être le rédacteur en chef exceptionnel de son prochain numéro.»

Pierre Haski souligne sur le site Rue89 que «le numéro de cette semaine est résolument anti-curé toutes obédiences confondues, selon une grande tradition de la satire française, puisque le “bandeau” au-dessus du titre porte sur l'“autre” affaire du moment, la campagne des intégristes catholiques contre la pièce de Romeo Castullecci au Théâtre de la Ville à Paris».

Charlie Hebdo avait déjà reçu des menaces en 2006 après avoir publié les caricatures de Mahomet. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a déclaré mercredi matin sur Europe 1:

«Il est nécessaire que nous condamnions avec la plus grande force un attentat contre un journal. Les amalgames entre la religion et la politique sont les pires qui soient.»

Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la présidentielle, a quant à lui qualifié de «répugnant» l’incendie, et appelé le public à «avoir la discipline intellectuelle de ne pas confondre une poignée d'imbéciles, d'abrutis qui seront rudement châtiés, je l'espère, avec la masse de nos compatriotes musulmans qui pratiquent leur foi en toute tranquillité»:

«Si c'est un incendie volontaire, c'est tout à fait répugnant, je veux dire ma sympathie mon affection à l'équipe de Charlie Hebdo, je suis sûr que le journal va trouver la force en lui de rebondir.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte