Life

Les jumelles divisées d'Occupy Wall Street

Slate.fr, mis à jour le 25.10.2011 à 12 h 31

Un écran d'iPhone Todd Blaisdell via Flickr CC License by

Un écran d'iPhone Todd Blaisdell via Flickr CC License by

Les positions des jumelles Jill et Nicole Carty sur le mouvement Occupy Wall Street, dont le centre névralgique se situe au Zuccotti Park de New York depuis la mi-septembre, démentent le proverbe «qui se ressemble s'assemble». 

Bien que toutes deux diplômées d'universités de la Ivy League, maximisant leurs chances de trouver un travail avec de hautes responsabilités et un bon salaire, elles n'envisagent pas leur futur, et celui de l'économie américaine, de la même façon, racontent-elles au Daily.

Nicole Carty, diplômée de l'université Brown en 2010 et assistante de production au sein de la chaîne télévisée de films indépendants Sundance selon son profil LinkedIn, a rejoint les rangs des indignés américains contre la dépossession du rêve américain par les 1% qui concentrent le pouvoir économique et politique. Jill, en revanche, titulaire d'un diplôme de business de la renommée Wharton School de l'université de Pennsylvanie d'après son profil Google +, est employée en tant que consultante au sein d'une importante société de services financiers, dont la majorité des salariés font partie des 1% qui suscitent la colère de ceux qui se disent représentatifs des 99%.

«Cela a commencé dès que nous avons fini l'université», raconte Nicole Carty au Daily. «C'était une compétition à qui hurlerait le plus fort. Même si nous essayons de ne pas parler de politique, l'une d'entre nous dira quelque chose qui fera réagir l'autre.»

Pour Jill, Nicole serait plus efficace «si elle travaillait dans la finance ou l'économie et utilisait les outils de Wall Street pour combattre» ce qu'elle dénonce en campant à Zuccotti Park, en dépit du froid qui arrive. Prenant exemple sur leur mère, immigrée des Caraïbes, qui a réussi à financer leurs études dans deux universités coûteuses mais qui a subi de plein fouet la crise financière de 2008, Nicole dénonce une «fausse prise de conscience» des Américains qui «continuent de penser qu'ils atteindront la réussite financière, bien que les probabilités soient contre eux».

En 2008, une étude de l'université de Rice, à partir des opinions politiques de 12.000 jumeaux à travers les Etats-Unis, révélait que des frères ou soeurs jumelles avaient plus de chances de partager leurs opinions politiques que des frères ou soeurs. C'est le cas des jumelles Laura McCoy et Leta Hughes, âgées de 86 ans, qui associent gémellité et activisme politique. En dépit de leurs chaises roulantes et bouteilles d'oxygène, elles ont souhaité manifester dans leur ville de Casa Grande en Arizona contre les corporations et les guerres coûteuses d'Irak et d'Afghanistan. Toutes deux sont veuves de vétérans de la Seconde guerre mondiale.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte