Steve Jobs était prêt à la «guerre thermo-nucléaire» contre Google

Le logo d'Apple revisité après la mort de Steve Jobs le 6 octobre 2011 Jim Trottier via Flickr CC License by

Ceci ressemblerait presque au scénario du film P.S. I Love You dans lequel l'acteur Gerard Butler, décédé, laisse à sa femme, jouée par Hilary Swank, des lettres pour combler son absence. Des lettres qu'elle recevra quasiment tous les jours après sa mort.

Depuis la mort de Steve Jobs le 5 octobre 2011, un lot de révélations autour du confondateur d'Apple ont été faites dans les médias; on a ainsi appris qu'il avait déjà travaillé à la sortie de l'iPhone 5. La sortie de la biographie autorisée de Steve Jobs par Walter Isaacson lundi 24 octobre aux Etats-Unis (le 2 novembre en France d'après l'éditeur JC Lattès) devrait l'amplifier, rélève AP.

Walter Isaacson a pu mener une quarantaine d'entretiens avec Steve Jobs, l'ultime ayant été conduit quelques semaines avec sa mort, au cours duquel Steve Jobs a expliqué pourquoi il voulait que sa biographie soit publiée après sa mort. «Je n'ai pas été toujours présent pour mes enfants et je voulais qu'ils sachent et comprennent pourquoi cela a été le cas.» La chaîne télévisée CBS, et son émission «60 minutes» a pu obtenir une interview exclusive avec l'écrivain qui sera diffusée dimanche 23 octobre.

Pendant neuf mois, Steve Jobs a refusé de subir une opération chirurgicale qui aurait pu empêcher le développement de son cancer du pancréas, préférant avoir recours à la médecine alternative. «Je crois qu'il était dans l'idée que si vous ignorez quelque chose, si vous ne voulez pas que quelque chose existe, vous pouvez avoir cette sorte de pensée magique... On en a beaucoup parlé. Il voulait en parler, sur la manière dont il regrettait... Je crois qu'il pensait qu'il aurait dû être opéré plus tôt», estime Walter Isaacson. Un choix qui peut être relié à sa jeunesse passée en Inde où il a effectué une retraite dans le cadre de sa familiarisation avec le bouddhisme. Le livre revient sur son adolescence des années 1960 où il a pris part à l'émergence d'une contre-culture et consommé du LSD tout en s'astreignant à différents régimes alimentaires, dont un des ingrédients était la pomme, logo de la marque qu'il créera ultérieurement. 

L'agence de presse Associated Press a obtenu une copie de la biographie en prévente et en a sélectionné les extraits les plus éloquents. Après avoir été viré d'Apple en 1985, Steve Jobs avait dressé un jugement très critique des cadres supérieurs qui y ont pris la direction, les accusant de vouloir maximiser leurs profits «au lieu de créer de grands produits».

La créativité, une rhétorique dont il se sert pour critiquer la concurrence, et notamment Google et son système d'exploitation pour smartphones, Android, qu'il estime être une copie partielle du système d'exploitation d'Apple, iOS. «J'y passerais mes derniers jours s'il le faut, et je dépenserais le dernier penny des 40 milliards d'Apple en banque pour corriger cette erreur. Je vais détruire Android, parce que c'est un produit volé. Je suis prêt à la guerre thermo-nucléaire», a-t-il confié à Walter Isaacson. La biographie aborde également le cas du successeur de Steve Jobs, Tim Cook, choisi parce qu'en plus d'être un bon négociateur, il «était un super client».

Steve Jobs apporte également son opinion sur la présidence d'Obama et le devenir de l'Amérique en général, raconte le Huffington Post. Il avait rencontré le président Obama à l'automne 2010. Une invitation qu'il avait retardé, souhaitant que le président Obama lui fasse lui-même la requête d'une rencontre avec lui, raconte Walter Isaacson. «Vous êtes en train de devenir le président d'un seul mandat», a-t-il franchement dit au président des Etats-Unis estimant qu'il ne prenait pas assez en considération la situation des entreprises américaines empêtrées dans «des régulations et des coûts qui ne sont pas nécessaires». En dépit de cette critique, il a reproposé au président de lui concevoir sa campagne publicitaire pour 2012.

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
Chaque génération a les deuils qu’elle mérite
Apple survivra à Steve Jobs
Comment Steve Jobs a changé nos vies
Steve Jobs avait déjà commencé à travailler sur l'iPhone 5
Steve Jobs, 1955-2011
Le père biologique de Steve Jobs parle
L'iMovie de Steve Jobs
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
LIFE -
Publié le 21/10/2011
Mis à jour le 21/10/2011 à 12h03