Monde

Pour en finir avec l'image idyllique de la colonisation britannique

Temps de lecture : 2 min

 Mémorial de la guerre des Boers, mars 2008. mira66 via Flickr CC License by

Selon Richard Gott, journaliste au Guardian, plus d’un demi-siècle après la fin de l’empire colonial britannique, les politiques anglais de tous bord pensent encore qu’il faut être plein de respect à l’égard de leur passé colonial. Pourtant il explique dans un article du Guardian que la colonisation britannique n’a pas été moins violente, sanguinaire et brutale que celle des autres pays européens.

Les Britanniques qui ont été obligés par le gouvernement de participer à l’expansion de l’empire, souvent des Irlandais ou des Ecossais, sont les premiers à avoir payé le prix cher. Colons, soldats, condamnés ont bien souvent été enrôlés de force, et ont dû subir le lourd fardeau de la conquête: beaucoup sont morts de faim, noyés en pleine mer, tués par des indigènes refusant de se soumettre, ou des suites du choléra et de la fièvre jaune. Quant aux colons les plus chanceux, ceux qui ont survécu, ils sont devenus des oppresseurs dans les colonies, exploitant ou massacrant les populations locales.

Pour Richard Gott, il faut en finir avec «cette opinion répandue selon laquelle l’empire britannique s’est constitué et s’est maintenu avec un usage minimal de la force, et une coopération maximale de populations locales reconnaissantes».

Newsletters

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Newsletters