Monde

L'Antarctique, le pire endroit au monde pour tomber malade

Slate.fr, mis à jour le 18.10.2011 à 11 h 16

Antarctique le 9 décembre 2006, REUTERS/Reuters Staff

Antarctique le 9 décembre 2006, REUTERS/Reuters Staff

Vous trouvez que vous tombez toujours malade au mauvais endroit, au mauvais moment? Vous n’avez pas encore essayé d’avoir une attaque au Pôle sud. L’ingénieure Renee-Nicole Douceur en a fait l’expérience après avoir subi les symptômes d’une attaque cérébrale fin août alors qu’elle travaillait dans une station de recherche en Antarctique.

Après deux mois de problèmes de vision et de diction, Douceur a été secourue par hélicoptère lundi 17 octobre et emmenée vers un hôpital en Nouvelle-Zélande.

 «Mon cerveau est encore intact», a-t-elle écrit dans un email à Associated Press le jour de son arrivée à l’hôpital. Elle doit passer des tests médicaux dans la journée de mardi.

Les autorités avaient rejeté sa première demande d’évacuation d’urgence en août, arguant que les températures glaciales de l’hiver et les vents violents auraient rendu le trajet dangereux pour les pilotes et que l’état de santé de Douceur n’était pas critique.

L’entreprise qui emploie la chercheuse, Raytheon Polar Services Co., assure à l’Associated Press que la décision de ne pas l’évacuer a été prise par la National Science Foundation, l’agence fédérale américaine qui sous-traite à Raytheon.

Douceur et sa famille ont tenté de faire entendre leur désaccord avec cette décision, en créant un site Internet, saverenee.org, une page Facebook et une pétition qui a recueilli plus de 1.000 signatures.

«Depuis quand une attaque cérébrale n’est pas considérée comme une urgence?» interrogeait la nièce de Douceur, Sydney Raines, dans un article du New York Times quand la chercheuse était encore bloquée dans le froid polaire.

Pendant qu’elle attendait son évacuation, Douceur, qui était en congé maladie, racontait ses difficultés à lire et à se souvenir de mots simples pendant les évaluations que lui faisaient passer les docteurs de la station de recherche. Elle recevait également de l’assistance respiratoire.

Douceur n’est pas la première à rencontrer des problèmes de santé loin de toute aide médicale. Le docteur Jerri Nielsen Fitzgerald était devenue mondialement célèbre en 1999 quand elle s’était elle-même diagnostiquée et soignée d’un cancer du sein alors qu’elle était en mission en Antarctique. Après une période de rémission, elle en était morte en 2009.

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte