Monde

Le 15 octobre, le jour où «les indignés» est devenu un mouvement global

Slate.fr, mis à jour le 16.10.2011 à 11 h 16

Carte des rassemblements sur le site 15octobre.net

Carte des rassemblements sur le site 15octobre.net

Il y a une semaine, les événements annonçant les «occupations» se sont multipliées sur les pages Facebook — plusieurs centaines dans le monde, une centaine rien qu’aux Etats-Unis — pour faire de ce 15 octobre la journée mondiale des Indignés. L’appel est un succès. Samedi, des groupes plus ou moins grands se sont retrouvés de Rome à Bruxelles, de New York à Taipei, raconte le BBC. Kuala Lumpur, Buenos Aires, Santiago du Chili, Los Angeles, São Paulo, ajoute el Pais. Tout juste cinq mois après la naissance du premier rassemblement, à Madrid, les actions dénonçant la faillite du «capitalisme financier» sont désormais planétaires.

«Les puissances dirigeants travaillent pour le bénéfice de quelques-uns, ignorant la volonté du plus grand nombre et le coût humain et environnemental que nous aurons à payer», écrivent sur leur site les «organisateurs» qui pointent des rassemblements dans 951 villes et 82 pays.  «Il faut en finir avec cette situation intolérable. En parlant d’une seule voix, nous dirons aux politiques et aux élites financières qu’ils servent qu’est venu le temps, pour nous le peuple, de décider de notre avenir».

Selon le décompte d’Associated Press, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues des grandes villes européennes. Plus ou moins pacifiquement. Ainsi à Rome, où la paralysie politique radicalise la jeunesse, le rassemblement est devenu violent. Près de 70 blessés, une douzaine d’arrestations, des véhicules incendiés et des jets de bouteilles conter le ministère de la défense, raconte Ansa.

Plus de 10.000 personnes ont manifesté à Berlin, 2.000 à Sydney en Australie, quelques centaines à Auckland en Nouvelle-Zélande, et en Corée, etc. Devant la bourse de Taiwan à Taipei, un manifestant a expliqué à la BBC comment ce mouvement était devenu global : «Il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que les inégalités sont devenus un énorme problème». Même au Japon, 200 personnes ont défilé dans les rues de Tokyo pour attirer l’attention sur la pauvreté.

Mais c’est surtout en Espagne, berceau du mouvement, que les «indignés» se sont regroupés en masse. Selon le décompte d’el Pais, un demi-million de personnes s’est retrouvé la porta del Sol, là où tout à commencé. 600.000 à Barcelone.

Aux Etats-Unis, où le mouvement prend de l’ampleur sous l’appellation #Occupy se décline avec le nom de la ville derrière (Occupy New York, Occupy Denver, Occupy Chicago), quelques dizaines de manifestants ont été arrêtés, les municipalités leur ayant donné l’ordre de quitter leurs lieux d’occupation.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte