Monde

Zebulon, le dernier juif d'Afghanistan

Slate.fr, mis à jour le 13.10.2011 à 19 h 11

Des musulmans prennent part à la prière du matin à Kaboul, le 30 août 2011. REUTERS/Erik de Castro

Des musulmans prennent part à la prière du matin à Kaboul, le 30 août 2011. REUTERS/Erik de Castro

Actuellement, il ne reste plus qu’un seul «résident juif» en Afghanistan, selon le département d’Etat américain. CNS News explique pourtant qu’il existait une importante communauté juive dans le pays depuis plus de trois millénaires, et qu’au début du XIXe siècle ils étaient encore environ 40.000.

En 1996, quand le régime islamiste des talibans a été instauré, il ne restait déjà plus que 10 juifs vivant en Afghanistan. En 2005, quatre ans après que les Etats-Unis ont envahi le pays, il n’en restait plus que deux, Zebulon et Ishaq, selon le Figaro qui avait consacré un portrait à Zebulon, «le dernier juif de Kaboul» en 2007. En 2006, Ishaq était mort, et avec sa disparition «c’est la moitié des juifs d’Afghanistan qui sont partis», aime plaisanter Zebulon.

Toujours selon le Figaro, les deux hommes, qui se partageaient la garde de la «Kanesa», l’unique synagogue du pays située à Kaboul, ne s’entendaient pas et se sont menés une cabale qui a duré dix ans. Sous le régime taliban, ils se sont accusés mutuellement du vol d’une Torah peinte à la main. Depuis, cette Torah a été confisquée par des miliciens qui en demandaient deux millions de dollars. Zebulon raconte avoir été jusqu’à Kandahar pour la réclamer au chef suprême des talibans, le mollah Omar, il affirme même qu’il ne partira pas d’Afghanistan tant qu’il n’aura pas récupérer ce trésor

CNS News explique en reprenant un rapport du Département d’Etat américain, que les communautés religieuses minoritaires en Afghanistan comme les bouddhistes, les hindous et les chrétiens ont peu à peu disparu en raison de la guerre civile et du régime taliban:

«A la fin du régime taliban, les populations non-musulmanes avaient presque toutes disparues, à l’exception d’une petite population d’hindous et de sikhs originaire du pays. Depuis la chute des talibans, certains membres des religions minoritaires sont revenus, beaucoup s’installant à Kaboul.»

La Constitution actuelle d'Afghanistan, créée avec l’assistance du gouvernement américain, est ambiguë concernant la liberté religieuse. Elle stipule que l’islam est la «religion d’Etat»  et donc qu’aucune «loi ne peut être contraire aux croyances et aux principes de la religion sacrée qu’est l’islam», mais elle déclare aussi que «les pratiquants d’autres religions sont libres de suivre les rites de leur religion dans les limites des clauses de la loi».

En tout cas, constitution ou pas, chaque année Zebulon prépare la pâque juive, ajoute le Figaro. Il porte la kippa, mais aussi l’habit traditionnel afghan composé d’une longue tunique et d’un pantalon bouffant. Malgré son attachement pour le pays, ce dernier représentant ne cache pas que pour lui la religion est au-dessus de la citoyenneté. «Je suis juif dans un pays musulman et cela fait de moi un homme isolé», raconte-t-il.

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte