Monde

Les manuels scolaires européens caricaturent l’islam

Slate.fr, mis à jour le 12.10.2011 à 12 h 46

Le Coran via Wikimedia Commons

Le Coran via Wikimedia Commons

La France se concentre sur les croisades, l’Autriche insiste sur la guerre austro-turque et l’Espagne ressasse l’époque où l’Andalousie était musulmane. L’empire ottoman revient également, mais la plupart du temps, il est abordé en conclusion, comme si ce qui se passait ensuite n’avait pas d’importance.

En Europe, les manuels scolaires de chaque pays offrent une approche particulière de l’islam. Mais il y a un point commun, révèle une étude l'institut Georg Eckert, spécialisé dans la recherche internationale sur les manuels scolaires. L’hebdomadaire Die Zeit s’en faisait l’écho il y a quelques jours:

«Les chercheurs ont examiné à la loupe 27 manuels allemands autrichiens, anglais, français et espagnols. Dans les 5 pays, les musulmans sont représentés comme un groupe d’extra-européens très marqués religieusement. Globalement, ils sont évoqués comme “autres”.»

Pourquoi cette étude? Selon le Tagesspiegel, l’institut aurait profité du débat actuel sur l’intégration en Allemagne. Mais le contexte du terrorisme islamiste jouerait également un rôle dans l’initiative de cette enquête:

«Les manuels replacent souvent l’islamisme radical dans le contexte général du terrorisme. Dans un livre autrichien par exemple, le chapitre sur le 11-Septembre renonce aux prises de vue classiques des deux tours en flammes. À la place, on voit des victimes des attentats, avec, relégué en arrière-plan, le titre “War on terror”.»

Suzanne Kröhnert-Othman a dirigé le projet. Quand la Zeit lui demande à travers quels autres faits l’islam est évoqué dans les manuels, elle répond:

«Le conflit du Proche-Orient, la politique de sécurité, les rapports de force diplomatique, l’immigration. (…) Les musulmans, les arabes, les Turcs, les immigrés, tout cela est interchangeable. C’est un bloc dominé par la religion. Mais ces amalgames sont relayés par l’infographie: sur les cartes, les pays sont entièrement coloriés en vert, parce que c’est la couleur de l’islam.»

Au-delà de cette confusion entre religion et politique, les sociétés apparaissent globalement comme vieillottes, fondées sur des systèmes de valeurs antiques acquises au Moyen-Âge. Pour l’ethnologue chargée de l’étude, la conclusion est sans appel:

«Notre représentation de l’islam en dit moins sur l’islam que sur le regard que nous portons sur nous-mêmes. Nous sommes euro-centrés.»

Le journal de gauche Neues Deutschland a assisté à la conférence de presse présentant l’étude. Il rapporte les demandes exprimées par l’équipe du projet:  

«Ce sont les chapitres sur l’immigration qui nécessitent une révision particulière. Tant que les musulmans seront présentés dans les livres comme un groupe distinct de la société allemande, le thème ne pourra jamais être correctement traité en classe.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte