Monde

Kanye West rend visite aux manifestants de Wall Street

Slate.fr, mis à jour le 11.10.2011 à 9 h 46

Kanye West à New York le 16 février 2009, REUTERS/ERIC THAYER

Kanye West à New York le 16 février 2009, REUTERS/ERIC THAYER

Alors que le débat autour de la (sous)médiatisation et de la réelle importance du mouvement Occupy Wall Street gonfle, la journée du lundi 10 octobre a été marquée par des soutiens de marque et un message encourageant pour les manifestants de la part du maire de New York Michael Bloomberg.

Le rappeur Kanye West et le présentateur vedette Al Sharpton ont rendu visite aux manifestants tandis que Bloomberg a déclaré que ces derniers pouvaient continuer leur mouvement autant qu’ils le voulaient, rapporte le Wall Street Journal:

«Au final, les gens ont le droit de s’exprimer. Et du moment qu’ils respectent la loi, nous les laisseront faire. S’ils enfreignent la loi, nous ferons ce que nous sommes censés faire: faire respecter la loi.»

A la question de savoir combien de temps les manifestants allaient encore rester, le maire de New York a répondu:

«Je pense que cela a à voir avec la météo.» 

La foule, encouragée par les visites de célébrités,  n’a effectivement pas montré de signes de fatigue lors de cette journée ensoleillée. NBC New York rapporte que Kanye West a fait un tour du campement et a serré des mains, mais n’a pas chanté. Le New York Magazine a souligné l’ironie de la situation: le rappeur portait ses habituelles chaines et dents en or dans une manifestation contre les inégalités de richesse. West était accompagné de Russell Simmons, légendaire fondateur du label de hip-hop Def Jam Recordings, dont le patrimoine s’élève à 340 millions de dollars selon un récent portrait de CNN Money.

Les manifestations de New York ne sont pas les seules à tenir le rythme. Lundi a vu une augmentation de la taille des manifestations à travers les Etats-Unis, et pas seulement dans les grandes villes. Le mouvement semble prendre un peu partout, de «Occupy Fort Collins» dans le Colorado à «Occupy Fort Myers» en Floride en passant par «Occupy Fort Worth» au Texas.

Si le mouvement s’étend à travers la pays, la bataille autour de sa signification fait rage à Washington, où les démocrates essayent de le récupérer de la même manière que les républicains ont adopté le mouvement du Tea Party.

Fox News rapporte que Nancy Pelosi, la chef de file du parti démocrate à la Chambre des représentants, a attaqué son homologue républicain Eric Cantor pour avoir qualifié les manifestants de «mobs» (un terme péjoratif pour désigner une foule):

«Je ne l’ai pas entendu dire quoi que ce soit quand le Tea Party manifestait, crachant sur des membres du congrès ici même au Capitol, tandis que lui et ses collègues mettaient des pancartes aux fenêtres pour les encourager.»

Les manifestations auront-elles un impact sur la vie politique américaine? Hendrik Hertzberg écrit dans les colonnes du New Yorker qu’il est encore top tôt pour le savoir, mais ajoute que le mouvement est déjà devenu «une des meilleures destinations touristiques de la ville pour faire des bonnes affaires».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte