RUGBY

Les Anglais gagnent la Coupe du monde des «incidents»

Slate.fr, mis à jour le 10.10.2011 à 10 h 43

Mau Tuilagi face au Français Vincent Clerc en quart de finale de la Coupe du monde à Auckland, 8 octobre 2011, REUTERS/Bogdan Cristel

Mau Tuilagi face au Français Vincent Clerc en quart de finale de la Coupe du monde à Auckland, 8 octobre 2011, REUTERS/Bogdan Cristel

Le joueur de rugby anglais Manu Tuilagi a reçu un avertissement formel de la police et une amende de 3.000 livres de la part des autorités du rugby pour avoir sauté d’un ferry à Auckland dimanche 9 octobre.

Le centre d’origine samoane a été arrêté par la police après avoir nagé du ferry dont il a sauté jusqu'à l’embarcadère qui se trouvait non loin. Il a présenté ses excuses à ses coéquipiers:

«Je suis vraiment désolé. C’était stupide et je présente mes excuses à tout le monde pour la gêne occasionnée.»

La Rugby football union (RFU) n’a pas voulu préciser si l’alcool était impliqué dans l’incident du centre anglais, qui s’était illustré la veille par une belle percée lors de la défaite anglaise face à la France en quart de finale de la Coupe du monde. L’équipe d’Angleterre doit retourner au pays lundi 10 octobre.

Si les troisièmes mi-temps arrosées et autres sorties entre coéquipiers qui dégénèrent ne sont pas l’apanage des joueurs anglais, l’incident vient conclure une compétition au cours de laquelle ceux-ci se sont particulièrement distingués par leurs exploits en dehors du terrain.

Dimanche 11 septembre, au lendemain de la victoire du XV de la Rose pour son premier match de la compétition face à l'Argentine, c’était le capitaine de Mike Tindall qui ouvrait le bal: des images d’une caméra de sécurité d’un bar de Queenstown, où l’équipe effectuait une sortie arrosée avec notamment lancer de nains au programme, montrent le centre de 32 ans flirtant avec une femme blonde non-identifiée.

Rien de bien méchant à première vue, sauf que Tindall est membre de la famille royale depuis son mariage en juillet dernier avec Zara Phillips, petite-fille de la reine Elizabeth II. Le Daily Mail révélait dans la foulée que la femme en question était une ex du capitaine anglais.

Les tabloïds britanniques n’ont pas chômé en Nouvelle-Zélande: dimanche 2 octobre, le Sunday Mirror sortait à son tour un article rapportant le témoignage d’une femme de chambre affirmant avoir été victime d’une «blague» déplacée de la part de trois joueurs anglais.

Après lui avoir piqué son talkie-walkie, ces derniers l’ont appelée dans leur chambre où ils ont demandé une faveur sexuelle sur un ton grivois et irrespectueux, le tout filmé par un des joueurs.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte