Économie

La banque franco-belge Dexia bientôt démantelée

Temps de lecture : 2 min

Enseigne Dexia dans le centre de Bruxelles, septembre 2011. REUTERS/ François Lenoir
Enseigne Dexia dans le centre de Bruxelles, septembre 2011. REUTERS/ François Lenoir

Alors que les autorités belges et françaises préparent un nouveau plan de sauvetage de Dexia selon Reuters, la banque franco-belge, déjà touchée lors de la crise financière de 2008 et maintenant première victime de la crise de la dette souveraine en zone euro, doit faire face mercredi 5 octobre à des retraits de dépôts massifs et à une chute de 22,46% de la valeur de ses titres.

Selon Reuters, Bruxelles et Paris sont en train de mettre au point un plan de démantèlement de la banque Dexia, «ancien leader mondial du financement des collectivités locales». Le plus probable c’est que Dexia soit divisée en plusieurs parties, avec une «bad-bank», entité séparée hébergeant les actifs toxiques de la banque dont le montant s’évalue à 100 milliards d’euro.

Si le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, assure que Dexia disposera de «tous les financements nécessaires à son sauvetage sans que la note triple A de l’Etat français s’en trouve menacée», la banque reste sous la surveillance étroite de l’agence de notation Fitch.

Dexia avait été frappé de plein fouet par la crise financière de 2008, et malgré une première vague de restructuration fin 2008 début 2009, elle risque à terme de disparaître si elle ne parvient pas à redresser son bilan et à se financer de manière autonome.

Newsletters

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

«Violences économiques». Le terme est apparu dans les médias en 2018, avec les manifestations des «gilets jaunes». Il désigne un phénomène lié au couple désormais bien connu dont il faut prendre conscience: de même qu'on ne doit pas accepter les...

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Les gestes barrières sont plus efficaces et moins chers que le confinement

Les gestes barrières sont plus efficaces et moins chers que le confinement

Les statistiques montrent qu'une adoption systématique des mesures de précaution préserverait les personnes et les capacités hospitalières avec un coût nettement moins élevé qu'un confinement.

Newsletters