Partager cet article

Le Nobel de littérature pour Bob Dylan? Certains pariaient dessus, d'autres le craignaient

Le chanteur américain Bob Dylan arrive à l'aéroport du Bourget, entouré de ses musiciens, le 22 mai 1966 / AFP

Le chanteur américain Bob Dylan arrive à l'aéroport du Bourget, entouré de ses musiciens, le 22 mai 1966 / AFP

Et en cette année 2016, il l'a finalement gagné.

Mise à jour 13 octobre 2016: Bob Dylan est prix Nobel de littérature

Surprise, Bob Dylan vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature 2016. Il succède ainsi à la Bielorusse Svetlana Aleksievitch. Si son nom ne faisait pas partie cette année des favoris, sa cote avait été très forte en 2011. Un usual suspect est en train de monter en puissance chez l’organisme de paris Ladbrokes: il s'agit de Bob Dylan, écrivait alors le Guardian. Sa cote était passée en 24 heures de 100 à 10 contre 1, puis à 5 contre 1. L’auteur de «Like a Rolling Stone» se retrouvait alors favori devant le poète syrien Adonis (6/1), le romancier japonais Haruki Murakami (8/1) et le poète suédois Tomas Tranströmer (10/1) qui a finalement remporté le prix cette année-là.

«Une sorte de Zelig culturel»

Un an plus tôt, la liste finale de Ladbrokes proposait comme trio de tête le romancier américain Cormac McCarthy (3/1), Haruki Murakami (5/1) et l’écrivain kenyan Ngugi wa Thiong’o (11/2). Bob Dylan y figurait déjà avec une cote de 33/1, idée jugée «ridicule» par le blog The Literary Saloon, un des plus en pointe sur la couverture du Nobel de littérature.

En 2011, The Literary Saloon s’en était déjà pris à l’inclusion de Bob Dylan parmi les neuf nommés du Neustadt Prize for International Literature, un prestigieux prix littéraire américain. Il n’était pas le seul à s’insurger contre l’éventuelle attribution du Nobel au chanteur. Le New Yorker le qualifiait d’«imposteur» pour ce prix:

«À ce stade tardif de sa carrière, Bob Dylan est devenu une sorte de Zelig culturel dont le nom ou le visage apparaissent à un grand nombre d’endroits improbables. D’abord il gagne un Oscar, ensuite un Pulitzer; […] maintenant il monte sur la liste des cotes de Ladbrokes. Poète, peintre, prix Nobel?»

Nominé par Allen Ginsberg

Chaque année, de nombreux auteurs sont nommés pour le prix par les correspondants de l’Académie suédoise dans le monde entier, avant que les dix-huit membres de ladite Académie n’établissent une short-list et n’élisent le vainqueur. La première nomination de Dylan pour le prix date de 1996, année où le chanteur avait notamment été soutenu par son ami Allen Ginsberg, qui l’avait qualifié de «barde et ménestrel américain majeur du XXe siècle».

Le débat sur ses mérites littéraires ressurgit régulièrement depuis. «Les paroles de chansons doivent-elles être prises en considération pour le prix le plus prestigieux de l’histoire de la littérature?», s’interrogeait l’Associated Press en 2004. Un spécialiste de Dylan, Christopher Ricks, répondait alors:

«Je pense que la question n’est pas de savoir s’il le mérite comme récompense pour son art, mais de savoir si son art peut être décrit comme de la littérature.»

L’agence de presse citait alors des exemples «limites», comme le Nobel attribué à l’auteur de théâtre Dario Fo en 1997 («dont l’œuvre devait, selon certains, être interprétée pour être pleinement appréciée») ou à Winston Churchill en 1953 (récompensé, entre autres, pour ses «brillants talents oratoires»).

Dylan, lui, a déjà répondu sur le sujet dans une réplique du film de fiction Hearts of Fire (1986):

«J’ai toujours su que je ne serai jamais un de ces chanteurs de rock qui gagne un prix No-bel… C’est bien comme ça que ça s’appelle? Un prix No-bel?»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte