Culture

P. Diddy, commanditaire du meurtre de Tupac?

Temps de lecture : 2 min

Sean Combs alias P.Diddy / Wikimedia Commons
Sean Combs alias P.Diddy / Wikimedia Commons

Dans un livre qui vient de paraître, Murder Rap: The Untold Story of the Biggie Smalls & Tupac Shakur Investigations, dont LA Weekly publie quelques extraits sur son site, un ancien officier de la police de Los Angeles, Greg Kading, affirme que Sean Combs, aussi connu sous le nom de P.Diddy, a commandité le meurtre du rappeur Tupac pour la somme d’un million de dollars à Las Vegas en 1996.

La rivalité entre les scènes hip-hop de la côte Est, incluant P.Diddy et Notorious B.I.G, et la côté Ouest, avec Tupac et Suge Knight en figures de proue, pourrait reprendre de plus belle, quinze ans après ces assassinats pour lesquels la police de Los Angeles n’a toujours pas arrêté les coupables.

Greg Kading rapporte les propos d’un membre d’un gang de Los Angeles, Duane «Keffe D» Keith Davis:

«(Combs) m’a emmené en bas des escaliers et il m’a dit genre "Mec, je veux que tu te débarrasses d’eux (parlant de Tupac et de Suge Knight, NDLR)" … Je lui ai alors répondu "On va les liquider, rapidement. C’est pas grand-chose.”»

Il aurait alors demandé à son neveu Orlando «Baby Lane» Anderson de les tuer. En représailles, Suge Knight, fondateur du label Death Row Records qui avait survécu à l'attaque, aurait commandité le meurtre de Notorious B.I.G, aussi connu sous le nom de Biggie Smalls en 1997 à Los Angeles.

Le problème est que cette révélation de «Keffe D» à Greg Kading en 2008 a été faite alors que le premier encourait une condamnation à 25 années de prison pour trafic de phéncyclidine et il aurait pu dire aux policiers ce qui était le mieux dans son intérêt. La source de Greg Kading pour les accusations contre Suge Knight est une femme, avec laquelle il est sorti, et qui affirme avoir reçu 13.000 dollars pour payer un tueur à gages nommé Wardell «Poochie» Fouse. Ecarté de la police, l’auteur Greg Kading affirme avoir conservé tous les rapports de police et les enregistrements des interrogations.

Contacté par LA Weekly, Sean Combs a réfuté toute implication dans ces meurtres.

«Cette histoire relève de la pure fiction et est complétement ridicule.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ce n’est pas la première fois que Sean Combs est visé dans l’enquête sur la mort de Tupac: l’ancien président de Bad Boy Entertainment, label auquel appartenait le rappeur Notorious B.I.G, Kirk Burrowes, l’avait également soutenu en 2003. Pourtant, deux ans après, un article de Randall Sullivan, dans le magazine Rolling Stone, affirme que Suge Knight aurait été celui qui avait commandité le meurtre de Tupac de peur qu’il ne prenne la tête du label Death Row.

Newsletters

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Un tableau de Lucian Freud désavoué par l'artiste, mais authentifié par les experts

Un tableau de Lucian Freud désavoué par l'artiste, mais authentifié par les experts

L'artiste britannique a toujours nié avoir peint le portrait Standing Male Nude, mais trois spécialistes ont conclu qu'il s'agissait bel et bien de son œuvre.

La projection des films en classe, une pratique sous le signe du flou artistique

La projection des films en classe, une pratique sous le signe du flou artistique

À la suite du traumatisme de leur fille de 13 ans en raison du visionnage de «The Ring» en classe, des parents avaient déposé plainte.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio