Monde

ONU: veto de la Chine et de la Russie sur une résolution contre la Syrie

Temps de lecture : 2 min

Banyas Demos/Syria-Frames-Of-Freedom via Flickr
Banyas Demos/Syria-Frames-Of-Freedom via Flickr

La Chine et la Russie ont opposé leur véto à une résolution de l'ONU qui condamnait la Syrie pour sa répression des manifestations anti-gouvernementales, rapporte la BBC.

La résolution avait été rédigée par la France, l'Angleterre, l'Allemagne et le Portugal, qui l'avaient «adoucie» plusieurs fois pour essayer d'éviter un tel veto: elle ne comportait plus par exemple de références explicites à des sanctions contre Damas.

Mais Moscou et Pékin ont tout de même refusé la résolution, parce qu'elle ne précisait pas qu'il n'y aurait pas d'intervention militaire en Syrie. Le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud et le Liban se sont abstenus.

L'ambassadeur russe a affirmé que la résolution restait inacceptable:

«Ce n'est pas à Paris, Washington ou Londres de décider de la légitimité des dirigeants dans le monde arabe ou ailleurs. Nous avons vu cela en Côte d'Ivoire, puis en Libye et maintenant une nouvelle fois en Syrie

Un refus qui met «un coup d'arrêt aux efforts de l'Europe et des Etats-Unis qui tentent depuis plusieurs mois d'isoler la Syrie au sein de l'ONU», analyse RFI.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters