Monde

Montre-moi tes habits, je te dirai ta couleur de peau

Slate.fr, mis à jour le 29.09.2011 à 12 h 29

silhouette  GregHickmanvia Flickr CC License by

silhouette GregHickmanvia Flickr CC License by

Les habits que nous portons influencent la perception que les autres ont de notre couleur de peau selon une étude récente menée par une équipe de scientifiques américains issue des universités de Stanford, Tufts, Irvine. Un article de BBC News du 28 septembre est consacré à leur étude.

Les chercheurs ont habillé des personnes soit en costard-cravate, soit en bleu de travail et ont demandé à une vingtaine de spectateurs de déterminer si elles étaient blanches ou noires. Résultat: la majorité des personnes en costume étaient perçues comme blanches, et celles en bleu de travail comme noires.

61% des personnes pensaient que la personne était noire si elle portait un costume, 65% si elle portait un bleu de travail, soit 4% de plus.

«C’est un test très intéressant pour déterminer comment nous catégorisons les gens», reconnaît Lisa DeBruine, spécialiste de la reconnaissance faciale à l’université d’Aberdeen.

«Ces résultats signifient que notre bagage culturel, et nos stéréotypes, affectent réellement notre perception des gens», explique Jon Freeman –doctorant au département de psychologie de l’université de Tufts– qui a conduit l’étude. Plus largement, il relève que l’âge, le sexe et la couleur de peau de quelqu’un sont des données qui influencent notre comportement à son égard.

Freeman et son équipe ont posé l’hypothèse que lorsque les gens auront pris conscience des clichés inconscients qui motivent leur perception de la couleur de peau de quelqu’un, ils seront alors capables de les réduire. Ils projettent de mener une étude en ce sens. Si l’hypothèse est valide, une étude comme celle-là pourrait atténuer les idées préconçues et préjugés attachés à telle ou telle couleur de peau.

Une étude menée conjointement par le CNRS et l'Open Society Justice Initiative, Police et minorités visibles: les contrôles d'identité à Paris, publiée en 2009 relevait déjà, en France, le lien entre façon de s'habiller et stéréotypes:

«L’étude montre une forte relation entre le fait d’être contrôlé par la police, l’origine apparente de la personne contrôlée et le style de vêtements portés: deux tiers des individus habillé “jeunes” relèvent de minorités visibles. Aussi, il est probable que les policiers considèrent le fait d’appartenir à une minorité visible et de porter des vêtements typiquement jeunes comme étroitement liés à une propension à commettre des infractions ou des crimes, appelant ainsi un contrôle d’identité.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte