Monde

Un trésor de 150 millions d'euros retrouvé dans une épave

Slate.fr, mis à jour le 26.09.2011 à 10 h 53

L'épave du destroyer russe Moskva en mai 2011, REUTERS

L'épave du destroyer russe Moskva en mai 2011, REUTERS

En 1941, un navire commercial britannique qui devait rallier Liverpool depuis l’Inde se faisait couler par une torpille allemande au sud-ouest de l’Irlande, disparaissant à cinq kilomètres de profondeur. Aujourd’hui, des explorateurs sous-marins affirment avoir localisé l’épave intacte du cargo, qui transportait 240 tonnes d’argent, un butin d’une valeur de plus de 150 millions d’euros.

Odyssey Marine Exploration, l’entreprise qui a localisé l’épave, a annoncé qu’elle allait tenter de récupérer la précieuse cargaison au printemps au cours d’une opération qui représenterait le repêchage le plus profond, mais aussi de la plus grande valeur jamais effectué. L’entreprise travaille pour le compte du gouvernement britannique et affirme avoir authentifié le navire au cours du mois de septembre.

Greg Stemm, PDG d’Odyssey, explique:

«Nous avons eu de la chance de trouver l’épave dans le bon sens, avec les cales ouvertes et facilement accessibles. Cela devrait nous permettre de décharger la cargaison à travers les écoutilles, comme ce qui se passerait avec un bateau le long d’un terminal de fret.»

A qui revient le trésor?

Un nombre croissant de nations s’intéresse au repêchage d’épaves comme un moyen d’augmenter leurs recettes, selon Stemm. Des entreprises privées prennent le risque financier d’organiser les expéditions et partagent leur éventuel profit. Dans le cas de l’épave britannique, Odyssey gardera 80% du butin, tandis que le gouvernement britannique aura les 20% restants.

Le navire en question, le S.S. Gairsoppa de la British Indian Steam Navigation Company, a quitté Calcutta avec ses 83 membres d’équipage en décembre 1940 avec sa cargaison de thé, de fer et d’argent. Après avoir renoncé à rejoindre Liverpool pour Galway à cause des conditions météo, le S.S. Gairsoppa s’est fait torpiller le 17 février 1941 à 400 kilomètres au sud-ouest de l’Irlande.

L’épave attire l’attention des explorateurs sous-marins depuis quelques années, alors que les nouveaux robots, lumières et caméras d’exploration résistent de mieux en mieux à la pression des grandes profondeurs. Au moins une autre entreprise avait essayé de trouver l’épave avant qu’Odyssey ne gagne un contrat d’exclusivité avec le gouvernement britannique pour récupérer la cargaison. Selon le spécialiste britannique Peter Cope, les fonds marins sont une véritable mine d’épaves de valeur:

«Pensez à combien de bateaux ont été coulé lors des deux guerres mondiales. Il y a des millions de kilogrammes d’argent, et des milliers de tonnes d’étain et de cuivre au fond [des mers].»

Et on ne trouve pas que des métaux au fond des océans: en juillet 2010, des plongeurs ont trouvé 30 bouteilles de champagne datant d’avant le Révolution française dans une épave en mer Baltique.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte