Monde

Non, les garçons ne sont pas insensibles

Temps de lecture : 2 min

amitiés Gustavo Meletti Ferreiravia Flickr CC License by
amitiés Gustavo Meletti Ferreiravia Flickr CC License by

Les garçons sont incapables d’exprimer leurs émotions et sont uniquement interessés par les conversations de sport. Niobe Way dénonce ce cliché et défend que le besoin masculin de relation amicale intime est aussi important que pour les filles. Cette spécialiste du développement psychologique des adolescents à l’université de New York vient d’y consacrer un livre: Deep secrets: Boys’ Friendships and the Crisis of Connection (Harvard University Press), que reprend un article du New York Times du 21 septembre.

Ses études reposent sur des centaines d’interviews d’adolescents de tous pays, toutes cultures confondues. Elle explique qu'au tout début de l’adolescence, les garçons n’hésitent pas à parler avec affection de leurs amis, mais dès qu’ils prennent de l’âge, la profondeur de ces relations diminue car ils ont peur d’être perçus comme trop efféminés ou même homosexuels s’ils expriment leur attachement à une autre personne du même sexe.

Selon elle, l’atténuation de ces amitiés masculines est en partie responsable du fait que certains garçons deviennent taciturnes, méfiants, émotionnellement détachés, et se sentent assez seuls.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters