France

Claude Guéant s'explique sur ses relations avec Bourgi, Djouhri et Takieddine

Temps de lecture : 2 min

Claude Guéant à l'Assemblée nationale, le 1er mars 2011. REUTERS/Jacky Naegelen
Claude Guéant à l'Assemblée nationale, le 1er mars 2011. REUTERS/Jacky Naegelen

Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, s’explique sur les dossiers dans lesquels il a été mis en cause dans une interview à Libération ce vendredi 16 septembre. Il revient sur ses relations avec Robert Bourgi, Alexandre Djouhri, Ziad Takieddine, trois hommes d’affaires de l’ombre soupçonnés d’avoir pris part à des détournements financiers.

«Je les connais, je vous l'ai dit. Mais je ne les connais pas par les travers que certains leur prêtent. C'est vrai que concernant Takieddine, il apparaît aujourd'hui qu'il a fait des choses que la loi et la morale réprouvent, mais pour les autres, je ne dirais pas qu'ils sont “peu recommandables” parce que je ne le sais pas.»

Claude Guéant revient également sur l’affaire d’espionnage d’un journaliste du Monde par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans l’affaire Bettencourt et dément avoir dirigé un «cabinet noir».

L'ex-secrétaire général de l'Elysée s’explique enfin sur ses propos polémiques concernant «les délinquants d'origines comorienne et roumaine» ainsi que sur ses relations passées avec Bachar al-Assad et Kadhafi.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters