Économie

Les marques se vendent sans article

Temps de lecture : 2 min

détail de la page d'accueil de Facebook lors de son lancement.
détail de la page d'accueil de Facebook lors de son lancement.

L’article disparaît du monde du marketing. Pas l’article-le-produit, mais l’article-l’élément-grammatical, selon le Wall Street Journal, qui consacre un… article à la façon dont Amazon nous explique combien de livres sont «disponibles pour Kindle», Apple pourquoi «il n’y a jamais rien eu comme iPad» ou Nintendo «ce qu’est Wii». En omettant à chaque fois en anglais le petit mot «the» («le» ou «la»).

Le quotidien économique cite l’exemple sans doute le plus célèbre de cette tendance:

«Dans la Silicon Valley tout particulièrement, enlever le "the" devant des noms de produits est devenu une profession de foi. Sans cette omission, les gens seraient peut-être en train de s’ajouter comme amis sur TheFacebook.com. Quand Mark Zuckerberg a déménagé son réseau social de Cambridge (Massachusetts) à Palo Alto (Californie), son conseiller Sean Parker l’a persuadé d’enlever l’article, jugé maladroit.»

Une scène qui figure dans le film The Social Network de David Fincher, où Parker (Justin Timberlake) lance à Zuckerberg: «Enlevez le "the", juste Facebook. C’est plus net.»

Parmi les explications avancées à cette tendance par le Wall Street Journal (dont la charte de style stipule elle qu’il faut insérer des articles avant les noms de produits) figurent le fait que «couper les articles superflus est attractif dans une ère numérique où l’espace est valorisé dans des tweets de 140 caractères et dans des adresses web» ou que cela permet de donner un aspect plus «iconique» ou «culte» à une marque. Quitte à faire une faute de grammaire afin d’avoir un slogan plus attractif, ce qu’une marque comme Apple n’hésite pas à faire, comme par exemple avec son «Think Different» («Pensez différent», là où la logique aurait voulu «Pensez différemment»).

En revanche, il semble que cette tendance n’a pas encore touché la France: là où le site officiel d’Apple dit «iPad is now 33 percent thinner», le site français dit «L’iPad est désormais 33% plus fin», et le même phénomène se produit avec le site français de Nintendo. Un goût français pour l’article défini que Quentin Tarantino avait souligné dès 1994 dans Pulp Fiction:

«What do they call a Big Mac?
— A Big Mac's a Big Mac, but they call it "le Big Mac".»

(«Comment ils appellent un Big Mac?
— Un Big Mac est un Big Mac, mais ils l’appellent "le Big Mac".»)

Newsletters

Ne pas fermer les écoles était une décision économique et non pas éducative

Ne pas fermer les écoles était une décision économique et non pas éducative

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je serais plus inquiet pour un enfant qui aura eu un de ses parents atteint d'une forme de Covid grave que pour celui dont la scolarité aura connu une traversée du désert.

Le surplus d'épargne dû au Covid-19, un problème de (pays) riches

Le surplus d'épargne dû au Covid-19, un problème de (pays) riches

Les économistes s'interrogent gravement: comment faire sortir les milliards économisés pendant la crise et les orienter vers la consommation ou l'investissement? Soyons clairs: il y a des sujets plus angoissants.

Ce que le blocage du canal de Suez va changer pour l'économie mondiale

Ce que le blocage du canal de Suez va changer pour l'économie mondiale

Le transport maritime mondial vient d'être bloqué pendant près d'une semaine par l'Ever Given. Cet épisode risque d'accélérer l'évolution vers une production plus locale et des chaînes d'approvisionnement plus courtes.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters