Life

En devenant pères, les hommes ont moins de testostérone

Slate.fr, mis à jour le 13.09.2011 à 16 h 14

Chaussures homme et chaussures enfant Jannie-Jan via Flickr CC License by

Chaussures homme et chaussures enfant Jannie-Jan via Flickr CC License by

L’instinct paternel aurait une assise biologique. Une étude publiée lundi 12 septembre révèle que le niveau de testostérone des hommes, qui atteste leurs pulsions sexuelles, diminue d’un tiers après la naissance de leur enfant, nous rapporte le Telegraph.

Menée durant quatre ans et demi auprès de 624 hommes de 21 à 26 ans vivant aux Philippines, l’étude, dirigée par le professeur Christopher Kuzawa et ses collègues de l’université de Northwestern en Illinois, conclut que la baisse de testotérone serait «biologiquement programmée» pour que les nouveaux pères prennent soin de leurs enfants sans toujours penser à l’accouplement. «Elever sa progéniture requiert un tel effort que leur coopération est nécessaire», commente Christopher Kuzawa.

Des études précédentes avaient révélé des niveaux inférieurs de testostérone chez les pères en comparaison avec des célibataires sans enfants, mais les études avaient été conduites sur de trop brèves périodes pour esquisser toute corrélation.

Lee Gettler, doctorant et co-auteur de l’étude parue dans les Annales de l’Académie nationale américaine des sciences (PNAS), explique que les résultats de leur étude sont particulièrement éloquents pour les hommes avec un fort niveau de testostérones. «Les hommes qui ont commencé avec un niveau élevé de testostérone avaient plus de chances de devenir pères que les autres, mais après avoir procréé, leur taux de cette hormone a nettement diminué.»

«La paternité  et les contraintes liées à l’arrivée d’un nouveau-né demandent un certain ajustement émotionnel, psychologique et physique. Notre étude indique que la biologie d’un homme peut changer de manière substantielle pour répondre à ces exigences», analyse-t-il pour Reuters. Comme le remarque le New York Times, l’étude n’examine pas le rôle d’autres facteurs qui pourraient causer le déclin du niveau de testostérones comme le stress et le manque de sommeil.

Cela peut-il effrayer les hommes, réticents à l’idée de voir une baisse de leurs pulsions sexuelles? Lee Gettler est conscient du possible revers de médaille.  

«Mais cela devrait plutôt être vu comme "Oh génial, les femmes ne sont pas les seules qui deviennent biologiquement adaptées à la maternité.»

Interrogée par le New York Times, Carol Worthman, chercheur à l’université d’Emory en Georgie qui n’a pas pris part à l’étude, rassure également:

«Nous ne parlons pas de changement du niveau de testostérones qui affectera le fait d’avoir des poitrines velues, des voix graves, des gros muscles et le nombre de spermatozoïdes. Nous parlons d’effets plus subtils.»

 

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte