Life

Du sang neuf pour rajeunir les vieux cerveaux

Slate.fr, mis à jour le 07.09.2011 à 11 h 22

Connection neuronale, juin 2010. Patrick Hoesly via Flickr CC License by

Connection neuronale, juin 2010. Patrick Hoesly via Flickr CC License by

Une nouvelle étude publiée dans le magazine Nature révèle que la dégénérescence des cellules du cerveau chez les personnes âgées serait due à un appauvrissement du sang, d’après le Guardian. Injecter du sang plus jeune pourrait ainsi permettre de lutter contre le déclin de l’activité cérébrale.

Avec l’âge, notre cerveau fonctionne de moins en moins bien, les pertes de mémoire se multiplient et les raisonnements sont moins fluides. Imaginez une pilule qui puisse justement enrayer cette régression si déprimante. Ce sera peut-être un jour possible, explique le Guardian, faisant référence à une nouvelle étude qui montre que sur les souris, le sang des jeunes favorisent la régénération des cellules du cerveau des vieilles.

Alors qu’on a longtemps pensé que la dégénérescence des neurones était irréversible, la découverte de cellules-souches neuronales proches des vaisseaux sanguins dans les zones sous-ventriculaire et sous-granulaire permet maintenant de croire que la neurogenèse (à l'origine de la création de nouveaux neurones) pourrait être la nouvelle solution au problème du vieillissement cérébral.

Or d’après l’étude publiée dans Nature et réalisée par des chercheurs de l’université de Stanford, cette neurogenèse serait déterminée par des réactions chimiques qui passent dans certains vaisseaux sanguins.

Pour le montrer, ils ont créé trois différents groupes de souris siamoises (qui échangent du sang entre elles): une veille souris avec une jeune, deux vieilles souris ensemble ainsi que deux jeunes ensemble.

Au bout de cinq semaines, ils ont tué les trois paires afin de déterminer le nombre de nouvelles cellules neuronales créées dans chacune d’entre elles. Ils ont ainsi remarqué que la vieille souris couplée avec une jeune a beaucoup plus de nouvelles cellules que les vieilles souris couplées ensemble, et beaucoup moins que les jeunes.

Selon Tony Wyss-Coray, le neuroscientifique ayant dirigé les recherches interviewé par le magazine Technology review publié par le MIT, cette expérience montre que les composantes chimiques du sang des jeunes souris encouragent la régénération des neurones chez les vieilles. «Vous pouvez presque appeler cela un effet de rajeunissement», a-t-il ajouté.

Richard Ransohoff, neurologue à la clinique de Cleveland n’ayant pas participé aux recherches, souligne à quel point le fait de montrer que «processus de la neurogenèse peut être affecté par quelque chose d’extérieur au cerveau», autrement dit par les composants chimiques qui «voyagent dans le sang», est en soi «très, très étonnant».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte