Monde

La Société générale a-t-elle financé indirectement des proches de Kadhafi?

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/Benoit Tessier
REUTERS/Benoit Tessier

Nouveau déboire pour la Société générale. Alors que la banque française est visée par une plainte des autorités américaines à l’égard des banques impliquées dans la crise des subprimes, le Wall Street Journal rapporte qu’une partie des fonds confiés à la Société générale sous l’ère Kadhafi pourrait avoir atterri sur les comptes de proches du dictateur libyen.

La Société générale avait déjà été épinglée pour ses rapports avec la Libye après que Le Monde a révélé que le colonel Kadhafi aurait placé 1,8 milliard de dollars (1,27 milliard d’euros) de la rente pétrolière libyenne dans des produits financiers dérivés de la Société générale.

L’objet de l'actuel contentieux examiné par les nouvelles autorités politiques libyennes? Le transfert d’un montant non rendu public à une compagnie localisée au Panama en échange de son aide apportée pour réaliser un investissement libyen de 1 milliard de dollars en 2008, faisant de la SocGen l’une des banques les plus impliquées dans des échanges avec le régime de Kadhafi. Interrogée sur l’existence de cet intermédiaire, la Société générale n’a pas souhaité répondre mais a reconnu qu’elle pouvait avoir recours à ce type d'intermédiaires pour des pays où elle ne dispose pas d’équipe sur place.

Slate.fr

Newsletters

Comment détecter une caméra cachée dans votre Airbnb

Comment détecter une caméra cachée dans votre Airbnb

N'ayez crainte, ça n'arrive pas (trop) souvent.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Incendie à Notre-Dame, publication du rapport Mueller et confirmation du candidat de l'opposition à la tête de la mairie d'Istanbul... La semaine du 13 avril en images. 

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Newsletters