Monde

Ils risquent 30 ans de prison pour un tweet

Temps de lecture : 2 min

Twitter xotokovia Flickr CC License by
Twitter xotokovia Flickr CC License by

Un tweet informant d’une fausse attaque terroriste au Mexique a entraîné 26 accidents de voiture et un vent de panique. Les deux personnes suspectées d'avoir diffusé cette fausse information encourent 30 ans de prison. Une des peines les plus lourdes contre la mauvaise utilisation du site de microblogging Twitter explique un article du NDTV.

Jeudi 25 août, au Mexique, alors que des convois de marins circulent dans les rues de la ville de Veracruz, près d’une école primaire, la rumeur d’une attaque imminente armée dans des écoles environnantes se répand à toute vitesse. Il faut dire qu’un climat de peur règne dans Veracruz et la banlieue voisine de Boca del Rio, après des semaines d’affrontements armés entre des groupes rivaux de trafiquants de drogue.

La fausse rumeur est immédiatement relayée sur Twitter par deux anciens professeurs. Un mouvement de panique et 26 accidents de voitures s’en sont suivis: les parents se sont précipités vers l’école pour secourir leurs enfants laissant pour la plupart leur voiture plantée au milieu de la rue.

Gilberto Martinez Vera et Maria de Jesus Bravo Pagol sont tenus pour responsables de la diffusion via Twitter de l’information. Le premier y a posté:

«Ma belle-sœur vient de m’appeler désespérée, ils viennent de kidnapper cinq enfants de l’école»

et

«Je ne sais pas à quelle heure c’est arrivé, mais c’est véridique.»

La seconde aurait seulement retweeté les messages. «Comment peuvent-ils me faire ça ? Pour avoir seulement retweetté un message. 140 caractères. Ça n’a pas de sens», a-t-elle réagi après sa mise en cause. Les deux «tweet-terroristes» sont pour l’heure derrière les barreaux en attendant le jugement.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Des groupes de défense des droits de l’homme qui jugent la peine encourue exagérée ont pris la défense des deux accusés. Amnesty international s’insurge contre ce qu’elle juge être une «violation des droits de l’homme» et souligne ce qui est pour elle le vrai problème: la violence des cartels de drogue au Mexique, qui a fait plus de 35.000 morts ces 5 dernières années.

Newsletters

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Wagnergate: l'incroyable piège tendu aux mercenaires russes par l'Ukraine

Wagnergate: l'incroyable piège tendu aux mercenaires russes par l'Ukraine

Au cœur de ce sac de nœuds, la création d'une agence de recrutement bidon et une fausse alerte à la bombe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio