Monde

Quelle est la meilleure technique pour embarquer dans un avion?

Slate.fr, mis à jour le 04.06.2012 à 16 h 19

Un avion RyanAir. Daniel Kritikos via Flickr CC License by

Un avion RyanAir. Daniel Kritikos via Flickr CC License by

Si vous avez déjà pris l'avion, vous serez sûrement ravis d'apprendre que la science cherche à améliorer l'expérience parfois douloureusement longue et brouillone de l'embarquement!

Un scientifique a eu l'idée de tester différentes méthodes d’embarquement dans un avion. Son étude, destinée à trouver la méthode la plus rapide pour faire monter les gens dans l’avion, révèle que la technique traditionnellement utilisée n’est pas la meilleure, selon le magazine américain Discover.

En règle générale, les compagnies aériennes procèdent par vagues successives en remplissant d'abord le fond pour finir par l'avant. A première vue, cette technique très simple a aussi l'avantage d'être efficace non? En fait, selon l’étude réalisée par le physicien Jason Steffen du laboratoire d’astrophysique des particules de Fermilab cette méthode couramment utilisée n’est pas la plus optimale, ce serait même la pire.

Dans cette étude [PDF] Jason Steffen analyse, sur un Boeing 757 ayant un seul couloir et deux rangées de trois sièges, pas moins de 5 méthodes d’embarquement différentes avec plus de 72 personnes qui se sont prêtées à l’expérience.

Son objectif: trouver la méthode la plus simple qui réduise au maximum la durée de remplissage, étant convaincu que les compagnies aériennes gagneraient à améliorer leur technique:

«Les compagnies aériennes et leurs salariés ont intérêt à avoir une procédure d’embarquement efficace dans la mesure où les minutes gagnées permettent d’économiser de l’argent.»

A cet égard Jason Steffen fait référence à une autre étude réalisée par les chercheuses Karen Nyquist et Kathleen Mcfadden qui montre que chaque minute de gagnée au terminal d’embarquement fait gagner 30 dollars à la compagnie aérienne. Sur un an, une bonne technique d’embarquement peut ainsi faire économiser plus de 16 milliard de dollars si on suppose que la compagnie assure plus de 1.500 vols par jour.

Dans l'étude différentes techniques sont donc testées. D'abord, le traditionnel remplissage par vagues successives:

            

Dans cette méthode, il y a trois groupes différents, comme les classes économique, affaire et business, qui sont successivement invités à embarquer. Dans l'image les numéros sur chaque case correspondent à l'ordre de passage à la porte d'embarquement.

Ensuite vient la méthode aléatoire où chacun embarque quand il veut. Avec cette procédure de remplissage, il n'y a pas d'ordre à respecter dans la file d'attente:

Le magazine Discover précise que l'évaluation des procédures repose sur un chronométrage de l’embarquement: plus elle prend du temps et moins la méthode est performante. Le chronométrage révèle que c'est la technique inventée par Steffen qui est la plus rapide (la méthode utilisée actuellement étant la pire). Le problème, c’est qu’elle s’avère difficile à mettre en œuvre puisqu’elle nécessite que la file d'attente devant la porte d’embarquement respecte place par place l'ordre de remplissage:

Si on prend par exemple un avion de 20 rangées avec 6 sièges numérotés de a à f, les hôtesses devront appeler les gens dans un ordre très précis: le premier à embarquer sera celui qui a la place 20a (contre le hublot), le deuxième appelé aura la place 18a, le troisème 16a. Une fois que toutes places a de chaque rangée sont occupées, on passe ensuite aux places f (près du hublot d'en face), le onzième appelé aura la place 20f, ensuite 18f et ainsi de suite...

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte