Culture

La vente du masque porté par les Anonymous profite à Time Warner

Temps de lecture : 2 min

L’achat des fameux masques du groupe de hackers Anonymous rapporte de l’argent à la société Time Warner, constate le New York Times.

Le groupe prônant la désobéissance civile est devenu célèbre pour s’être attaqué à des sites internet gouvernementaux iraniens, ainsi qu’à ceux de l’Eglise de scientologie, de Visa, de MasterCard et d’autres multinationales.

Les membres d’Anonymous ont l’habitude d’apparaître en public portant un masque à l’effigie de Guy Fawkes, un Anglais qui tenta de faire exploser la chambre des Lords en 1605. Ce visage blafard, aux pommettes hautes et rosés, doté d’une fine moustache noire, a été rendu célèbre par le comic américain V pour Vendetta, adapté ensuite au cinéma par la Warner Brothers en 2006.

Selon le New York Times, ce symbole «anti-gouvernemental» cache un étonnant détail:

«Ce que peu de monde semble savoir, c’est que Times Warner, l’une des grandes sociétés de médias dans le monde et maison-mère de Warner Brothers, en détient les droits à l’image et reçoit des royalties sur chaque vente de masque.»

Le masque est «un best-seller sur Amazon», dépassant largement ceux de Batman, Harry Potter et Dark Vador. «Nous en vendons plus de 100.000 exemplaires par an. C’est de loin le masque que nous vendons le plus», affirme Howard Beige, vice-président d'une société new-yorkaise qui fabrique le masque.

Newsletters

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Cette année, le binge-watching sera notre seul salut.

Celui où Anaïs doit répondre à la question jamais tranchée: Ross et Rachel étaient-ils «on a break»?

Celui où Anaïs doit répondre à la question jamais tranchée: Ross et Rachel étaient-ils «on a break»?

Dans ce septième épisode d'AMIES, Anaïs regarde la deuxième moitié de la saison 3 de Friends. Celle qui a lancé des milliards de débats pour savoir si, oui ou non, Ross et Rachel étaient «on a break». Anaïs et Marie reviennent aussi sur les...

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

Depuis 2012, An Rong Xu documente la vie des communautés chinoises aux États-Unis. «J'avais besoin de remettre en question ma place et mon identité dans le paysage ethnique américain, raconte le photographe. J'ai commencé à travailler sur “My...

Newsletters