Pourquoi l'homosexualité de Tim Cook, le nouveau patron d'Apple, est une information

Tim Cook et Steve Jobs, le 16 juillet 2010 à Cupertino (Californie). REUTERS/Kim White.

Tim Cook et Steve Jobs, le 16 juillet 2010 à Cupertino (Californie). REUTERS/Kim White.

Le fait que le successeur de Steve Jobs à la tête d’Apple, Tim Cook, soit homosexuel (information dont il ne parle pas publiquement) est-il important? Le blogueur financier de Reuters Felix Salmon, dont le texte a été repris par la Columbia Journalism Review, répond oui. Et s’inquiète de ce que les médias «dominants» semblent penser le contraire, citant en exemple la façon dont un journaliste du Financial Times, Tim Bradshaw, s’est fait critiquer pour avoir mentionné ce fait sur Twitter.

Lui se réjouit de cette information, notamment parce que Cook «tranche nettement avec les stéréotypes» en étant chez Apple «le type ennuyeux qui s’occupe des systèmes et des processus», pas «le gourou exubérant du design». Dans ce sens, il compare le dirigeant à Barney Frank, l’ancien président de la commission des finances de la Chambre des représentants américaine, que le magazine Out a élu dans le passé gay le plus puissant des Etats-Unis, dans un classement dominé aujourd’hui par Tim Cook.

Il reproche aux médias de considérer (à raison) que l’homosexualité de Tim Cook n’a pas de signification pour son travail chez Apple, mais ce faisant d’ignorer d’autres versants du sujet: la «diversité» des «rangs des PDG de grandes entreprises» et la difficulté qu’ont longtemps pu expérimenter des cadres de haut rang à «sortir du placard». Il note d’ailleurs que Cook a passé douze ans, entre 1982 et 1994, chez IBM, entreprise où à l’époque «sortir du placard était contre-indiqué du point de vue du plan de carrière».

Dans un autre post publié chez Reuters, Felix Salmon revient sur l’accueil fait à son post initial et avance de nouveaux arguments, citant notamment un de ses commentateurs selon qui «ce que signifie "ignorer la sexualité de Tim Cook"» est «prétendre qu’il est hétérosexuel», ce qui est «grossier». Il rappelle que les médias évoquent sans arrêt l’orientation sexuelle des grands patrons, «spécialement en parlant de leur famille», faisant de l’hétérosexualité «l’option par défaut».

Le site Gawker, qui qualifiait récemment Tim Cook d’«icône de la progression de la cause gay», avait publié en janvier, au moment d’un de ses nouveaux intérims à la tête d’Apple, un portrait où il «l'outait». Il pointait la «réticence à reconnaître publiquement son orientation sexuelle» de ce dirigeant «notoirement calme et tranquille» mais estimait que la transformation d’Apple entre les années 80 et les années 2000 avait fait de ses dirigeants des «icônes culturelles», rendant ce fait important.

Partager cet article