France

Tandonnet, le co-rédacteur du discours de Grenoble, quitte l'Elysée

Slate.fr, mis à jour le 25.08.2011 à 10 h 26

Maxime Tandonnet (photo extraite de son profil Facebook)

Maxime Tandonnet (photo extraite de son profil Facebook)

Le Figaro révélait, mercredi 24 août au soir, la démission de l’Elysée de Maxime Tandonnet, le conseiller immigration de Nicolas Sarkozy qui avait co-rédigé le discours de Grenoble, qui va rejoindre le cabinet de Claude Guéant au ministère de l’Intérieur. Une information confirmée par l’intéressé à L'Elysée côté jardin, le blog du Monde consacré à la présidence.

Un conseiller de Nicolas Sarkozy a expliqué au Figaro que ce départ se faisait à l’initiative de Xavier Musca, le secrétaire général de l’Elysée, qui trouvait Tandonnet «trop marqué», et ajoute:

«Il y a une vraie volonté d'aseptiser l'Élysée avant le début de la campagne.»

Les deux articles rappellent les deux moments marquants de la carrière de Maxime Tandonnet à l’Elysée. Le premier a donc été la co-rédaction du discours de Grenoble sur l’immigration de juillet 2010, dont certains «lui avaient attribué la paternité» selon Le Figaro, «alors même que Tandonnet n'était pas favorable à la partie du discours sur la déchéance de la nationalité». Analyse d'Elysée côté jardin:

«La rédaction de ce texte avait donné lieu à une vive altercation entre M. Tandonnet et Cédric Goubet, alors chef de cabinet du président recasé depuis chez Safran. Le premier jet de M. Tandonnet avait été jugé trop long et mal fichu. M. Tandonnet, lui, récusait le concept de "français d’origine étrangère", mais sans doute pas l'idée de déchoir de leur nationalité les tueurs de policiers récemment naturalisés.»

Le second moment marquant a été la rédaction par Maxime Tandonnet d’un blog personnel contenant des prises de position «défendant le référendum et l'idée que la Constitution et les traités européens entravent l'action politique en matière d'immigration», selon le Figaro. Un argumentaire, rappelle le Monde, «développé par le Front national» mais aussi «défendu par Henri Guaino, conseiller spécial de M. Sarkozy, qui, en tant que gaulliste, revendique son opposition au gouvernement des juges et refuse tout amalgame avec le FN».

Dans sa fiche Wikipol, nous rappelions le parcours de Maxime Tandonnet, âgé de 52 ans: fils de médecin, diplômé de l’IEP de Bordeaux et de l’université de Santa Barbara (Californie), il a commencé sa carrière dans les affaires étrangères, avant d’intégrer l’Ena, dans la même promotion que Valérie Pécresse. Il a ensuite intégré la préfectorale puis le ministère de l’Intérieur, et a travaillé avec Nicolas Sarkozy en 2002 avant de devenir officiellement son collaborateur en 2005.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte