Life

Quand est-ce que la dernière Française disparaîtra?

Slate.fr, mis à jour le 24.08.2011 à 11 h 19

Girl/Boy Figurine. Photo Jason Pratt via Flickr CC License by

Girl/Boy Figurine. Photo Jason Pratt via Flickr CC License by

En quelle année disparaîtra la dernière femme de chaque pays si les tendances démographiques actuelles se poursuivent? C’est la drôle de question que s’est posée The Economist, graphique à l’appui, en s’appuyant sur le taux net de reproduction, c’est à dire le nombre de filles mises au monde par une génération de femmes:

«Selon les Nations unies, dans 83 pays et territoires autour du monde, les femmes n’auront pas assez de filles pour les remplacer, à moins que le taux de fertilité ne grimpe.»

Conclusion:

«Si rien ne change, […] Hong-Kong peut s’attendre à donner naissance à sa dernière femme en 2798. […] Selon la même logique implacable, le Japon, l’Allemagne, la Russie, l’Italie et l’Espagne ne verront pas le prochain millénaire. Même la Chine, qui a une histoire remontant à au moins 3.700 ans, n’en a plus que 1.500 à vivre.»

The Economist reconnaît l’aspect théorique de sa construction en parlant de «calculs à la louche». Et il est tout aussi instructif et drôle de lire les commentaires qui accompagnent l’article que l’article lui-même: certains reprochent au journal de ne pas tenir compte de l’immigration ou des dynamiques démographiques ou encore sa sélection de pays («C’est comme d’extrapoler le taux de natalité de Manhattan pour représenter l’état de New York. Beaucoup trop de jeunes hipsters chassant les familles»). D’autres reprochent à certains lecteurs de ne pas comprendre qu’il s’agit sans doute de «second degré» («L’idée est d’exagérer et d’extrapoler jusqu’à l’absurde»). D’autres, enfin, relient ce graphique à l’actualité immédiate:

«Est-ce que cela va exacerber les problèmes de l’euro, puisque l’Italie survivra à l’Allemagne ?»

Et la France? Son cas n’est pas abordé dans le graphique de The Economist, mais nous nous sommes amusés à effectuer nos propres calculs à partir des chiffres des Nations Unies. Avec son taux net de reproduction de 0,95 fille par femme (bien plus élevé que ses grands voisins, qui plafonnent entre 0,65 et 0,70), sa population de plus de 33,5 millions de femmes et un âge moyen à l’accouchement de 30,1 ans en 2010, il faudrait environ 338 générations pour descendre, à ce rythme-là, à une femme. Soit quelque chose comme l’an 12184…

Sauf que les calculs de l’hebdomadaire anglais sont bien évidemment biaisés, puisque ce taux ne va pas rester figé. Pour la France, l’Onu voit, dans un scénario «moyen», le taux net de reproduction repasser au-dessus de 1 vers 2060: chaque génération de femmes donnerait alors naissance à un peu plus de filles.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte