Economie

Le monde du travail appartient aux «codeurs»

Slate.fr, mis à jour le 22.08.2011 à 12 h 21

Code Review Workshop/Sebastian Bergmann via Flickr CC.

Code Review Workshop/Sebastian Bergmann via Flickr CC.

Si l'on veut trouver du travail dans le contexte économique actuel, mieux vaut être développeur informatique car le secteur des logiciels «mange» les emplois, explique le site d’information sur les nouvelles technologies TechCrunch.

Il y a quelques années, la presse spécialisée et les écoles d’informatique prévenaient:

«Les emplois d’ingénieur "col blanc" vont aussi quitter la Silicon Valley pour l’Europe de l’est, l’Inde et d’autres régions du monde émergent.»

L’idée était que, «comme dans le cas des ouvriers de Détroit, il n’y avait aucune possibilité de tenir la distance avec les milliers d’ingénieurs formés chaque année en Chine et en Inde ».

C’est là le deuxième «grand mensonge» issu de l’enthousiasme autour de la mondialisation, puisqu'aujourd’hui, le développement de logiciel reste pourtant l’un des seuls secteurs d’emploi encore florissant.

«En Californie, alors que le taux de chômage tourne autour des 12%, si vous êtes un "codeur", le monde vous appartient», affirme l’auteur de l’article, la journaliste Sarah Lacy, qui raconte que «tous les entrepreneurs nous disent que leur plus gros défi en ce moment, c'est d'engager des gens».

Elle ajoute:

«Le premier [«grand mensonge»] était que l’Amérique serait pour toujours le "cerveau" de la masse salariale mondiale, pendant que les marchés émergents feraient le sale boulot en nous laissant les emplois bien rémunérés de l’innovation.»

La bonne santé du secteur des logiciels s’explique par l’essor de la téléphonie mobile, notamment des smartphones. Dans le monde, «il y a plus de gens équipés d’un portable que de toilettes», s’amuse la journaliste.

Elle cite aussi un éditorial du Wall Street Journal intitulé Les logiciels dévorent le monde qui prédit un relais de croissance pour le développement informatique dans la santé et l’éducation, les prochains secteurs qui devraient connaître un boom des logiciels.

Le grand virage de HP

Exemple de l'engouement pour ce secteur, le groupe américain Hewlett Packard (HP) a récemment annoncé qu’il quittait la micro-informatique, son secteur «historique»,  afin de «se concentrer sur les métiers à plus forte valeur ajoutée comme les logiciels», rapporte Les Echos. Selon le journal économique, l'entreprise s'assurerait dans le même temps «un avenir plus rentable, en se concentrant sur des métiers à forte valeur ajoutée, comme les logiciels, les solutions de stockage informatique et les grands serveurs».

Même en Chine, la demande est telle qu’il devient difficile pour les entreprises de recruter des développeurs. Les besoins sont partout car un même logiciel se décline en plusieurs versions, chinoise, allemande, américaine, et demande une adaptation au marché local par des spécialistes sur place.

Mais ces emplois sont-ils sûrs à plus long terme? «La réponse est clairement non», affirme la journaliste de TechCrunch. La plupart de ces emplois sont créés par «des startups qui sont, par nature, amenées à être rachetées ou à faire faillite».

Dans les années à venir, il pourrait donc y avoir «une vague de licenciement massive». Mais «c’est un plus gros risque pour les marché émergents qui construisent à peine leur écosystème de startups que pour la Silicon Valley», conclut TechCrunch.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte