Affaire DSK: révélations sur des lettres entre le procureur et les avocats de Nafissatou Diallo

Nafissatou Diallo lors de sa conférence de presse, le 28 juillet 2011 à New York. REUTERS/Shannon Stapleton

Tandis que le bureau du procureur de Manhattan devrait annoncer ce mardi 23 août s’il compte poursuivre la procédure judiciaire contre Dominique Strauss-Kahn ou abandonner les charges, le Daily Beast s’est procuré des lettres échangées entre l’équipe du procureur et les avocats de Nafissatou Diallo au cours des derniers jours.

Celles-ci illustrent à quel point les rapports entre ces deux parties se sont dégradées, entre échanges violents, accusations et reproches, alors que les avocats de la femme de chambre s'attendent à un abandon total des charges retenues contre DSK.

Enervé par l’enquête des membres du bureau du District Attorney sur sa cliente, outré qu’ils cherchent à savoir si lui ou ses collègues avaient cherché un arrangement avec les avocats de DSK, l’avocat de la femme de chambre Kenneth Thompson déclare ainsi:

«Malheureusement, votre bureau semble déterminé à traiter Mme Diallo comme l’accusée et M. Strauss-Kahn comme la victime, et à passer plus de temps à enquêter sur Mme Diallo, ainsi que sur ses avocats apparemment, que sur son agresseur.»

Dans sa lettre, Kenneth Thompson accuse carrément le «D.A» d’avoir, par «des tactiques d’intimidation, des fuites dans la presse, fausses et sans scrupules, et des attaques publiques sur la victime et ses avocats», découragé les victimes de violence sexuelle de porter plainte, «par peur qu’il leur arrive ce qui est arrivé à Mme Diallo dans cette affaire».

Le Daily Beast affirme que, dans une lettre du 5 août, le bureau du procureur a demandé aux avocats de la femme de chambre s’ils avaient tenté de conclure un arrangement au civil avec ceux de DSK (le bureau aurait pu émettre une injonction formelle, mais n’a pas choisi cette option), expliquant que de tels efforts pourraient nuire au volet pénal de l’affaire.

Offensé, Thompson a répondu dans une lettre de 5 pages le 8 août –jour où la femme de chambre a intenté une action au civil– qui dévoile ou revient sur de nombreux désaccords avec le «D.A». Missive à laquelle le bureau du procureur a répondu, invitant Nafissatou Diallo à se déplacer dans leurs locaux ce lundi 22, dans un ton si sec que ses avocats sont persuadés de voir toutes les charges contre DSK abandonnées. 

Il est probable que l’équipe du procureur explique que, même si une relation sexuelle a eu lieu dans la chambre d’hôtel, ils n’estiment plus possible de prouver au delà du doute raisonnable que celle-ci était forcée, vu les problèmes de crédibilité de leur témoin principal. 

La lettre de Thompson montre que c’est ce que craignait déjà l’équipe du D.A. le 9 juin, des semaines avant que ce problème ne soit rendu public, lorsqu’un des procureurs principaux a estimé que «personne avec la moitié d’un cerveau ne la ferait jamais témoigner».

A LIRE AUSSI