Life

En Corée, on revend les sacs en papier des marques de luxe

Slate.fr, mis à jour le 19.08.2011 à 16 h 38

Shopping bag/DesignBliss-Flickr via Flickr CC License by

Shopping bag/DesignBliss-Flickr via Flickr CC License by

La «soif de luxe» des Coréen(ne)s va jusqu’à leur faire acheter d'occasion des sacs en papier de grandes marques, raconte le Wall Street Journal. Selon le quotidien économique, il existe plusieurs gammes de prix pour ces sacs Cartier, Calvin Klein, Louis Vuitton ou encore Burberry déjà utilisés: si certains se vendent moins de 50 cents, d'autres montent jusqu'à plus de 20 dollars pièce.

Une certaine Jing confie au Wall Street Journal qu’«elle ne jettera plus ces sacs si elle sait qu’ils peuvent se vendre». Pourquoi réutiliser ces sacs en papier? Jing explique qu’en plus de l’intérêt du logo de la marque, elle trouvait ces sacs de meilleure qualité: ils seraient «plus solide et plus épais que des sacs en papier classiques».

Pour Hwang Sang-min, professeur de psychologie à l’université de Yonsei, cette tendance «pourrait être éphémère», comme le fut celle des gadgets de marque pour les téléphones portables par exemple. Il attribue ce désir de posséder des objets de grandes marques à la «culture collective coréenne»:

 «Si votre voisin [possède quelque chose] il vous faudra la posséder vous aussi.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte