Culture

Conflit d'intérêts: Ashton Kutcher va échapper à une enquête

Slate.fr, mis à jour le 20.08.2011 à 11 h 40

Ashton Kutcher NYC 2010. David Shankbone via Flickr CC License by

Ashton Kutcher NYC 2010. David Shankbone via Flickr CC License by

Article actualisé le samedi 20 août 2011 avec l'annonce officielle par la FTC qu'il n'y aura pas d'enquête sur le cas Ashton Kutcher.

***

Le site internet Gawker épingle l’acteur Ashton Kutcher pour conflit d’intérêts. Dans un dossier en ligne du magazine masculin Details (groupe Condé Nast), consacré au web social et pour qui il a fait office de rédacteur en chef invité, il recommande en effet une série de sociétés high-tech dont il est actionnaire sans le mentionner. Commentaire de Gawker:

«En tant qu’acteur, Kutcher s’est montré futé; comme investisseur, il a de bons réseaux; comme rédacteur en chef de magazine, il est horrible, il se montre déloyal envers ses lecteurs.»

Plus précisément, Kutcher vante quatre «nouveaux titans de la high-tech» dont un seul (Quora) ne figure pas dans son portefeuille d’investissements (les autres sont Flipboard, Airbnb et Foursquare), et douze «outils émergents qui transforment la façon dont nous vivons», dont huit à dix dans lesquels il est impliqué.

Bits, le blog du New York Times consacré aux nouvelles technologies et à leur business, signale que les investissements de Kutcher ne sont mentionnés qu’en passant dans le dossier, qui précise que l’acteur «joint l’acte à la parole, en soutenant beaucoup des entreprises dont il fait l’éloge ici».

Details rappelle également dans l’introduction de son interview que l’acteur investit pour son propre compte ainsi que pour celui de A Grade Investments, un fonds de capital-risque qu’il a créé avec le manager de Madonna, Guy Oseary, et le magnat de la distribution Ron Burkle.

Bits a interrogé un responsable de la Federal Trade Commission (FTC), l’agence de protection des consommateurs, qui a estimé qu’il existait «certainement une possibilité qu’un cas comme celui-ci mène à une enquête». Un avis qui a néanmoins été démenti quelques heures plus tard par le service de communication de l'agence, qui a déclaré qu'il n'y aurait pas d'enquête.

La Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés financiers, «pourrait aussi avoir des questions pour M. Kutcher» selon Bits, mais s’est refusée pour l’instant à tout commentaire.

Techland, le blog high-tech du magazine Time, rappelle de son côté que même les journalistes qui n’appliquent pas la règle consistant à ne pas investir dans les entreprises qu’ils couvrent essaient «de rendre leurs conflits d’intérêts clairs pour le lecteur» à la fin de leurs articles.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte