Life

Un parasite attire les rats vers les chats

Slate.fr, mis à jour le 19.08.2011 à 11 h 24

Keeper Earns Her Keep, jurvetson via Flickr, CC-Licence-by

Keeper Earns Her Keep, jurvetson via Flickr, CC-Licence-by

En règle générale, les rats évitent soigneusement les chats. Mais une étude scientifique récente montre que les rats infectés par le parasite Toxoplasma gondii sont au contraire attirés et excités sexuellement par l'odeur des chats.

Le New York Times résume cette recherche:

«En présence d'urine de chat, les rats deviennent très peureux —sauf s'ils sont infectés par la bactérie Toxoplasma. Des recherches menées sur les dix dernières années ont montré que les rats infectés perdent leur posture d'arrêt normale, et au contraire vont explorer les environs. Ils approchent même l'odeur de chat.»

Mauvaise nouvelle pour le rat, mais bonne nouvelle pour le parasite, qui ne se reproduit que dans les chats:

«Le parasite infecte le rat. Le chat mange le rat. Le parasite se reproduit.»

Les scientifiques à l'origine de l'étude, Robert Sapolski et ses collègues, ont testé l'activité cérébrale de 36 rats infectés et non infectés, exposés à l'odeur d'un chat ou d'une rate femelle en ovulation.

«Ils se sont focalisés sur deux circuits neuronaux, l'un pour la peur et l'autre pour l'attraction sexuelle. Les deux chemins neuronaux sont disposés côte à côte à travers une région du cerveau, impliquée dans les émotions et plusieurs comportements.»

Le parasite active cette partie du cerveau correspondant normalement à l'attraction sexuelle. L'odeur d'urine de chat excite ces neurones, comme la présence d'une rate sexuellement réceptive le ferait.

Selon le magazine Time, ce parasite pourrait aussi influencer les humains, qui l'attrapent à cause des chats:

«Une étude récente réalisée au Mexique a montré que les gens atteints de schizophrénie, un trouble associé à une forte activité de dopamine dans le cerveau, étaient quatre fois plus susceptibles d'être infectés par ce parasite qu'un groupe de contrôle sain; d'autres études récentes n'ont toutefois pas trouvé d'effet particulier.»

Le blog The Loom de Discovery News commente:

«Vraiment, ç'aurait déjà été hallucinant pour un parasite d'attaquer précisément un cerveau hôte, et de supprimer la peur de ce cerveau à l'encontre d'un autre animal. Nous, admirateurs des chefs suprêmes parasites, aurions été satisfaits. Mais la possibilité que ces hôtes soient réellement attirés par leur ennemi, qu'ils sentent le désir le plus profond qu'un rat puisse ressentir, un désir qui peut les mener à la mort, et pousser le parasite à survivre pour que lui-même atteigne ses propres désirs sexuels —on ne peut qu'être reconnaissant.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte