Economie

Les enquêtes se multiplient sur Standard and Poor's

Slate.fr, mis à jour le 18.08.2011 à 10 h 55

le fronton de l'agence Standard & Poor's. REUTERS/Brendan McDermid.

le fronton de l'agence Standard & Poor's. REUTERS/Brendan McDermid.

Le New York Times révèle l’existence d’une enquête du ministère américain de la Justice sur les notations accordées par l’agence Standard and Poor’s, qui vient de dégrader la note de dette américaine, à des titres financiers adossés à des prêts immobiliers (mortgage securities) avant la crise financière.

Une enquête qui a commencé «avant que l’entreprise ne prive les Etats-Unis de leur triple A», mais qui «devrait remettre de l’huile sur le feu» du fait de la «tempête politique» actuelle. Elle tenterait notamment de déterminer si les notes attribuées par les analystes auraient été rehaussées sur décision des cadres de l’agence. La journaliste estime qu’un «dossier bouclé avec succès […] contre un géant comme S&P pourrait accélérer un éloignement du système traditionnel de notation».

Selon le New York Times, S&P fait également l’objet d’une enquête sur le sujet de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme chargé de réguler les marchés financiers aux Etats-Unis.

La semaine dernière, le Wall Street Journal révélait lui l’existence d’une enquête de la SEC sur les modèles mathématiques utilisés par S&P pour dégrader la note de dette américaine, après les accusations du gouvernement sur une erreur de calcul de 2.000 milliards de dollars. Le Financial Times, quant à lui, affirmait que la SEC enquêtait sur les personnes informées de la dégradation avant son annonce officielle, afin de déceler d’éventuels délits d’initié. Le Sénat américain, enfin, mène sa propre évaluation de la dégradation de la dette.

Par ailleurs, Standard and Poor’s fait l’objet de mesures de «rétorsion» à l’autre bout des Etats-Unis: le Los Angeles Times annonce que la ville de Los Angeles ainsi que plusieurs autres comtés en Californie et Floride ont mis fin à un contrat avec l'agence après qu'elle a dégradé la qualité de leur portefeuille d’investissement en bons du Trésor. Justification du trésorier par intérim de la ville, Steve Ongele:

«L’effondrement des marchés survenu avec la débâcle immobilière s’est produit parce que des types comme ceux de S&P ont noté AAA des entreprises qui ne valaient pas grand chose, qui ne sont plus là aujourd’hui.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte