Monde

Existe-t-il quelqu'un de plus cool que Jeff Bridges?

Slate.fr, mis à jour le 17.08.2011 à 17 h 58

Jeff Bridges dans The Big Lebowski. Sleeper Cell via Flickr CC License by

Jeff Bridges dans The Big Lebowski. Sleeper Cell via Flickr CC License by

«Existe-t-il quelqu'un plus cool que Jeff Bridges?». C'est la question que pose le site américain The Daily Beast, qui a rencontré l'acteur et musicien (il sort bientôt son deuxième album), et on devine dans l'article que la réponse est positive.

Jacob Berstein, le journaliste qui l’a interviewé, résume en quelques mots son attitude: 

 «Il fait juste ce qu’il a envie de faire et il le fait bien. Il file d’aventure en aventure et il aime ça.»

D'autres anecdotes viennent souligner le caractère très cool du mémorable «Dude» du Big Lebowski. Bridges reconnaît que lui et l’anti-héros créé par les frères Coen ont beaucoup en commun:

«On est tous les deux fans de Creedence Clearwater Revival, nos philosophies sont probablement les mêmes, et on s’habille à peu près de la même manière.»

Comme son alter ego, Bridges avoue fumer un peu d’herbe, «occasionnellement», précise-t-il, «pas autant que le Dude».

A 23 ans, ce fils d’acteurs avait obtenu sa première nomination aux Oscars pour son rôle dans La Dernière Séance de Peter Bogdanovich (1971), son quatrième film. Mais, s’il a joué dans beaucoup de films commerciaux, ses rôles les plus mémorables, il les a interprétés en incarnant des hommes brisés et dérangés: le joueur de piano de Susie et les Baker Boys, qui tombe amoureux de la femme qui chante pour lui et qui disparaît dans la brume, ou le tire-au-flanc sans arrêt défoncé du Big Lebowski.

Pourtant, dans la vraie vie, il n’a pas l’air d’être ce genre «d’hommes dérangés». Depuis 34 ans, cet homme assez discret est marié à Susan Geston, qu’il a rencontrée sur le tournage de Rancho Deluxe. «Quel est le secret d’un mariage réussi?», demande Jacob Berstein:

 «Se perfectionner, se perfectionner encore et encore. Dans le mariage, ce qui est important, c’est ces choses sans importance qui vous arrivent, quand tu te dis, oh merde, c’est terrible, je ne suis pas dans le coup là, tu le prends alors comme un moyen d’en apprendre encore plus sur l’autre, vous vous rapprochez, et cela agrandit votre amour.»

Jeff Bridges sait bien que l’heure de gloire qu’il vit dans sa carrière au cinéma depuis quatre ans (il a obtenu son premier Oscar pour Crazy Heart en 2009), ne va pas durer pour toujours. «C’est bien», dit-il, «il y a d’autres choses que je peux faire». De la musique par exemple, une passion qu'il pratique depuis l'adolescence, selon un article d'ABC News, et pour laquelle il s'associe aujourd'hui à T-Bone Burnett, son collaborateur dans Crazy Heart.

Sur la suite de sa carrière d’acteur ou de chanteur, il reste donc très détendu. «Ce n’est pas de l’arrogance», précise-t-il. «Que serà, serà. Je ne pense pas vraiment en termes de carrière.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte