Monde

Al-Qaida: les 100 premiers jours d'al-Zawahiri

Temps de lecture : 2 min

Ayman al-Zawahiri. REUTERS/Hamid Mir.
Ayman al-Zawahiri. REUTERS/Hamid Mir.

Un «homme occupé» qui a «refaçonné le message» de son organisation, a «consolidé sa poigne sur les nombreuses filiales» et «s’il est sous pression, ne le montre pas»: ce n’est pas d’un dirigeant d’entreprise dont parle The Daily Beast, mais de Ayman al-Zawahiri, le successeur d’Oussama ben Laden à la tête d’al-Qaida, qui vient de «fêter» ces cent premiers jours à la tête de l’organisation terroriste.

Durant cette période, il «a déjà plus que triplé sa production de messages par rapport à 2010», ce qui fait dire au journaliste qu’il est «bien trop tôt pour écrire la nécrologie d’al-Qaida». Il a notamment «affûté» son discours après une période de confusion née des révolutions arabes du début d’année:

«Al-Zawahiri et al-Qaida […] ont pris avec enthousiasme le train en marche des révolutions, qui sont devenues beaucoup plus violentes car en Libye, en Syrie, au Bahrein et au Yémen, les régimes ont utilisé une répression brutale pour rester au pouvoir. Le message d’al-Qaida selon lequel le djihad et la violence sont les seuls moyens de changer le monde islamique paraît plus opportun alors que les autocrates arabes ont recours à la violence pour rester dans leur palais.»

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters